L’ONU souhaite éradiquer la pauvreté d’ici 2030

Par , publié le
International Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon (à d.) et la président de l'Union africaine Nkosazana Dlamini Zuma tiennent une conférence de presse le 13 juillet 2015 à Addis Abeba, en Ethiopie
Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon (à d.) et la président de l'Union africaine Nkosazana Dlamini Zuma tiennent une conférence de presse le 13 juillet 2015 à Addis Abeba, en Ethiopie

Dans un nouveau programme adopté à New-York, l'ONU a annoncé que la pauvreté pourrait être éradiquée d'ici 2030.

Le discours n’est pas nouveau. Mais l’ONU souhaite lutter contre la pauvreté, et prépare un plan pour aider les populations en danger. Réunis pendant une semaine au siège de l’ONU à New-York, 193 diplomates et experts ont adopté un projet intitulé "Transformer notre monde, programme de développement durable d'ici 2030".

Cet ambitieux programme sera soumis aux chefs d’Etat les 26 et 27 septembre à New-York lors d’une session annuelle de l’Assemblée générale de l’ONU. "C'est vraiment un moment historique" déclare l’ambassadeur kenyan Macharia Kamau.

Un milliard de personnes seraient en extrême pauvreté

Dans ce programme, 17 objectifs de développement sont déclinés en 169 cibles, dont le premier est "d'éliminer la pauvreté sous toutes ses formes et partout dans le monde". Un programme qui s’inscrit dans l’urgence, près d’un milliard de personnes vivent avec moins de 1,25 dollar par jour selon les chiffres de l’ONU.

Il faut aussi "permettre à tous de vivre en bonne santé" rajoute l’ambassadeur kenyan qui assure que l’accès de tous à une éducation de qualité est une priorité, tout comme l’égalité des sexes. Le document sera conclu à Paris lors du COP 21 avec "un accord ambitieux et universel sur le climat".

2,500 milliards de dollars sur 15 ans

Un plan qui devrait donc remplacer les « objectifs du millénaire » conclu en 2000, qui devait justement éradiquer la pauvreté. Le succès de ce nouveau programme résidera dans le financement selon ceux qui l’ont rédigé. Un programme qui devrait couter 2.500 milliards de dollars sur 15 ans, avec le bon vouloir des entreprises. Chaque pays riche devrait accorder 0,7% de son PIB en faveur de ce programme.

Crédits photos : © AFP/Archives TONY KARUMBA

Partager cet article

Pour en savoir plus