Loire : une enseignante blessée à la hachette par un lycéen possiblement alcoolisé

Par , publié le
Faits Divers
Photo d'illustration. Un gendarme.

Jeudi matin dans la Loire, une enseignante a été légèrement blessée à la hachette par un lycéen possiblement alcoolisé. L'auteur des coups a été interpellé par la gendarmerie.

Les faits se sont produits jeudi matin dans un lycée de la commune de Montbrison (Loire). Une enseignante a été blessée à la hachette alors qu'elle tentait de de stopper une rixe entre lycéens, avec l'un d'eux qui était armé d'une hachette.

Il est aux alentours de 9h00 lorsque, selon un parent d'élève, un lycéen visiblement éméché se présente à l'établissement. Sans que l'on sache s'il avait cette intention au moment de pénétrer dans l'enceinte du lycée, l'adolescent s'en serait alors pris à l'un de ses camarades en le menaçant à l'aide d'une hachette.

Blessée à la hachette par un lycéen : l'agresseur interpellé

Nos confrères de France Bleu rapportent qu'une rixe a ensuite éclaté en dehors des cours. Pour tenter de mettre un terme à la bagarre, une enseignante de 58 ans s'est interposée entre les lycéens, et d'avoir essuyé plusieurs coups de hachette à différents endroits du corps dont la tête.

L'enseignante n'apparaît toutefois n'avoir été que légèrement blessée, et son agresseur, âgé de 15 ou 16 ans, d'avoir ensuite été interpellé par la gendarmerie. Une source proche de l'affaire indique que le sac que le lycéen transportait contenait deux couteaux, une hachette ainsi qu'une bouteille d'alcool. Un dernier élément qui tend à accréditer le caractère alcoolisé de l'agresseur au moment des faits. Il n'a au passage pas été précisé si celui-ci était scolarisé dans l'établissement en question.

Une cellule psychologique ouverte

L'établissement se veut actuellement sécurisé par une brigade de la gendarmerie et trois agents mobiles du rectorat de Lyon. Une cellule psychologique y a été ouverte pour recevoir parents et élèves qui souhaiteraient parler de cet incident à des spécialistes.

Un médecin scolaire, une infirmière scolaire et un psychologue se chargeront ainsi d'apporter des réponses aux questions pouvant être soulevées suite à l'agression de jeudi. Accessible dès aujourd'hui, elle sera reconduite jour après jour si nécessaire.

Crédits photos : JPstock / Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus