Loi Travail : 7 Français sur 10 toujours défavorables au texte

Par , publié le
Politique Myriam El Khomri, invitée de RTL le 31 mai 2016
Myriam El Khomri, invitée de RTL le 31 mai 2016

Alors que le projet de loi Travail de Myriam El Khomri s'apprête à être définitivement adopté à l'Assemblée nationale, 71% des Français restent toujours opposés au texte.

Largement désapprouvé dans sa première version, le projet de loi Travail de Myriam El Khomri a depuis été revisité de manière à le rendre le plus séduisant possible. Tant et si bien qu'il a fini par sensiblement déplaire au patron du Medef Pierre Gattaz, lequel aura ainsi déclaré fin juin que le texte, à ses yeux, "ne servira strictement à rien".

Mardi, le projet revient entre les mains du Sénat avant sa désormais vraisemblable adoption définitive, attendue pour demain à l'Assemblée nationale. Et il n'est pas dit que cette ultime mouture du texte, a priori expurgée de ses passages les plus contestables, sera plus appréciée des Français après sa validation.

PS : 52% des sympathisants favorables au texte de la loi Travail

Un sondage conduit par Odoxa-FTI Consulting pour le compte des Echos et Radio Classique révèle en effet que 71% des Français interrogés demeurent opposés au texte. L'enquête indique cependant que l'adoption de la réforme est une bonne chose pour les sympathisants du Parti socialiste (PS), s'estimant ainsi majoritairement satisfaits à 52% de cette validation.

Pour quasiment six Français sondés sur dix (59%), la loi Travail "aura un impact important sur la situation économique et sociale de la France". Ils sont un peu moins, mais toujours nombreux (55%), à appeler à ce que les manifestations contre le texte se poursuivent au-delà de son adoption définitive.

Emmanuel Macron, à la fois gagnant et perdant

À la question "Pour chacun des acteurs suivants du débat sur la loi Travail, dites-moi s'il sort finalement plutôt vainqueur ou plutôt perdant de ce débat ?", le ministre de l'Économie Emmanuel Macron apparaît à la fois comme l'acteur le plus gagnant de tous (40%) et le plus grand perdant des discussions (58%).

Et si l'on pouvait penser que la ministre du Travail Myriam El Khomri récolterait le plus d'opinions négatives à cette question, la loi portant ainsi son nom, elle n'est finalement considérée perdante qu'à 65%, derrière l'exécutif François Hollande (70%) et le secrétaire général de la CGT (Confédération générale du travail) Philippe Martinez (76%).

Crédits photos : capture d'écran YouTube

Partager cet article

Pour en savoir plus