Logement : En France, 23 000 foyers vivent dans moins de 9 m²

Par , publié le
Société Quelque 109.000 logements sociaux ont été financés en 2015 en France, une production en légère hausse
Quelque 109.000 logements sociaux ont été financés en 2015 en France, une production en légère hausse

Le constat est alarmant. En France, 23 000 ménages sont logés illégalement dans des logements de moins de 9M2.

Le mal-logement est toujours une réalité en France. Selon les derniers chiffres du ministère du Logement dévoilés par le journal Le Figaro, ce sont plus de 23.000 foyers qui vivent dans un logement de moins de 9M2. Une situation qui touche surtout les grandes villes.

Une situation illégale

Qui dit grandes villes, dit loyers élevés. Ce qui empêche de nombreux foyers aux revenus modestes d’accéder à des logements décents. Ce n’est pas une surprise, dans de telles conditions, la situation est particulièrement critique à Paris puisque 7.000 foyers vivent dans des logements de moins de 9M2.

Rappelons que depuis un décret de 2002 issu de la loi SRU (solidarité et renouvellement urbain) cette situation est illégale. Pour être décent, tout logement doit « disposer au moins d’une pièce principale ayant soit une surface habitable au moins égale à 9 mètres carrés et une hauteur sous plafond au moins égale à 2,20 mètres, soit un volume habitable au moins égal à 20 mètres cubes. »

La France 10e pays du mal-logement

De manière plus générale, le mal-logement est une problématique réelle en France puisque le pays se classe à la 10e place en la matière dans l’Union européenne. Il y a cependant du mieux depuis 2015 ou la France a progressé de 2 places grâce à « son système de logement social et d’allocations logement » selon la fondation Abbé Pierre qui vient de son côté de révéler son classement en collaboration avec la Fédération européenne des associations nationales travaillant avec les sans-abri.

Une fondation Abbé Pierre qui tire la sonnette d’alarme sur la situation de ses foyers vivant dans un logement grand « comme un abribus » dans lequel « il est impossible de ranger ses biens personnels, il est impossible de manger à table, il est impossible de recevoir de la famille ou des amis et d’y élever des enfants dans la dignité ».

Crédits photos : © AFP/Archives MATTHIEU ALEXANDRE

Partager cet article