Listeria : l'entreprise Charcuterie Bordelaise à nouveau épinglé, le préfet stoppe la production

Par , publié le | modifié le
Santé
Rayon charcuterie dans un supermarché à Faches-Thumesnil, dans le nord de la France, le 27 juin 2014

Après la découverte de bactérie listeria monocytogenes dans des produits de la marque, le préfet a ordonné l'arrêt de la production de l'entreprise Charcuterie Bordelaise qui avait déjà été épinglée en décembre 2015.

Coup dur porté à l’image de l’entreprise Charcuterie Bordelaise de Villenave d’Ornon dans l’agglomération bordelaise. La marque a dû faire retirer en urgence plusieurs produits de la vente à cause d’une contamination à la bactérie listeria monocytogenes de certaines de ses spécialités.

Le préfet de Gironde a également décidé l’arrêt immédiat des activités de production et de distribution des produits de l’établissement par arrêté préfectoral.

La listeria dans plusieurs produits

Selon les informations de France 3 Gironde, des traces de Listeria monocytogenes ont été décelées dans des rillettes de canard vendues en grande surface, ainsi que dans des rillettes pur porc (destinées à une commercialisation à l’étranger) et du pâté landais au piment d’Espelette.

Invoquant le « principe de précaution », la marque a annoncé mercredi soir le retrait de ses 8 produits vendus dans les enseignes de grande distribution. On parle notamment de rillettes pur porc, de pâtés landais au piment d’Espelette, de rillettes d’oie, de rillettes de canard, des pâtés recette landaise, de grattons bordelais et de grattons au foie de canard. Dans son communiqué, Charcuterie Bordelaise conteste l’ampleur de cette mesure de précaution prise « sous la pression des services vétérinaires ».

Le préfet stoppe la production

Par arrêté préfectoral, Pierre Dartout, préfet de Gironde, a donc ordonné la fermeture des ateliers de production de produits à base de viande prêts à être consommés, à l’exception des jambons cuits et des jambons cuits à l’ancienne, de Charcuterie Bordelaise.

L’activité ne pourra reprendre « qu’après la vérification par des agents de la Direction Départementale de la Protection des Populations de la réalisation des actions correctives qui viennent d’être notifiées à l’exploitant par cet arrêté préfectoral ».

En 2015, Charcuterie bordelaise avait déjà du faire face à une première alerte à la listeria alors que l’entreprise rencontrait de grosses difficultés économiques.

Crédits photos : © AFP/Archives PHILIPPE HUGUEN

Partager cet article