L'euthanasie bientôt autorisée en Californie

Par , publié le | modifié le
Société
Illustration. Un enfant sur un lit d'hôpital.

La loi sur le suicide assisté a été adoptée dans la nuit de mercredi à jeudi par la Chambre des représentants de l'Etat de Californie. Il sera sans doute le 6ème Etat du pays à autoriser l'euthanasie.

Par 9 voix d'avance (43 pour, 34 contre), la Chambre des représentants de Californie a adopté la loi sur le suicide assisté. Afin de devenir le 6ème Etat à permettre l'euthanasie, le texte doit être voté par le Sénat, et enfin ratifié par le gouverneur californien. Mais il y a peu de chances que la loi soit rejetée.

Cette loi est un peu l'héritage de Brittany Maynard

En novembre 2014, Brittany Maynard, 29 ans, mettait fin à ses jours alors qu'elle luttait contre une tumeur au cerveau très agressive. Auparavant, réseaux sociaux et médias avaient été témoins de la force de son choix : "C'est un soulagement de savoir que je ne vais pas mourir de la manière dont me ferait agoniser mon cancer. Mes médicaments sont en lieu sûr, je ne ressens pas le besoin de les regarder tous les jours. Je veux partir en paix dans ma chambre, au son de mes morceaux favoris". En relançant le débat, et an ayant quitté la Californie pour l'Oregon et sa loi permettant le suicide assisté, elle a sans doute activé le levier qui a fait basculer la loi en Californie.

A l'heure actuelle, seuls l'Oregon, le Montana, le Vermont, l'Etat de Washington et le Nouveau Mexique sont autorisés à délivrer les médicaments qui permettront la fin d'une vie.

Un débat qui dépasse les clivages politiques

Et pourtant, une vingtaine d'autres Etats américains ont déposé des projets de loi similaires; cependant, le sujet est encore très sensible outre-Atlantique, et aucun n'a pu être voté et accepté. Mais revenons en Californie, où les débats autour du texte de loi ont parfois été âpres. Mais la loi, finalement votée, encadre de façon stricte l'usage du suicide assisté.

En effet, ce sont 2 médecins qui doivent conclure qu'un malade n'a une espérance de vie que de 6 mois. Ensuite, le patient doit avoir "toute sa tête", pour parler en des termes peu scientifiques. Enfin, ce dernier doit avoir au moins 2 fois exprimé oralement son souhait de recevoir les médicaments. Toute dernière obligation : fournir une attestation co-signée par 2 témoins qui affirment que la personne consent à mourir de son plein gré, et avec toutes ses facultés mentales.

Crédits photos : ikontee/Shutterstock

Partager cet article

Pour en savoir plus