Les Républicains : un ancien adjoint de Patrick Balkany demande son exclusion

Par , publié le
Politique
Patrick Balkany, maire de Levallois-Perret (92)

Cette fois, le coup vient de l'intérieur : Philippe de Veyrac, ancien adjoint à la mairie de Levallois-Perret demande à Nicolas Sarkozy l'exclusion de Patrick Balkany qu'il accuse de ternir l'image du parti.

C'est Mediapart qui révélait mardi cette affaire républicano-républicaine. Philippe de Veyrac est adhérent Les Républicains, mais aussi et surtout ancien adjoint aux côtés de Patrick Balkany, maire de Levallois-Perret entre 1995 et 2001.

Dans un courrier que le site d'investigation s'est procuré, cet opposant demande au président du parti, Nicolas Sarkozy, l'exclusion du bouillonnant maire des Hauts-de-Seine.

Philippe de Veyrac : "nous devons être exemplaires"

Qu'est-il écrit dans cette lettre ? L'ancien élu demande que sa "famille politique ne pâtisse pas une nouvelle fois d'agissements terribles, certes marginaux, mais dévastateurs pour les militants, les élus et, plus largement, la République". Puis, plus loin : "Je veux mettre un peu de propreté, d'honnêteté et de droiture dans ma famille. Il faut montrer que les politiques ne sont pas tous pareils, pas tous pourris", plaide-t-il alors.
Et le militant de citer en exemple le PS : "Les socialistes eux-mêmes n'ont pas failli sur le sort d'un Jérôme Cahuzac ou d'un Thomas Thévenoud, boutés hors du gouvernement puis du PS".

Philippe de Veyrac n'en est pas à sa première banderille contre Patrick Balkany car bien qu'il appartienne à la famille famille politique, il a toujours été un farouche opposant à l'élu. Suite à un marché passé entre la fameuse agence Bygmalion et la mairie de Levallois, l'adjoint avait porté plainte contre X pour "détournement de fonds publics".

De multiples accusations contre les époux Balkany

Car les dossiers s'enchaînent contre Isabelle et Patrick Balkany. "Fraude fiscale", "blanchiment de fraude fiscale", "corruption passive", "blanchiment de corruption",... au printemps dernier, le maire voyait son immunité parlementaire levée par le bureau de l'Assemblée nationale.

Et ce n'est pas tout : le Préfet des Hauts-de-Seine a déjà été le destinataire d'un courrier de Philippe de Veyrac, qui estimait alors que Mr Balakny n'avait "plus l'autorité morale" pour exercer son mandat.
L'entourage de Nicolas Sarkozy n'a pas donné suite aux demandes de commentaires de la part de nos confrères, mais il semblerait que Nicolas Sarkozy ne soit pas disposé à évincer son ami de très longue date.

Crédits photos : Eric Vernazobres/Cuisine TV/Phototélé

Partager cet article

Pour en savoir plus