Les médicaments achetés sur Internet sont faux

Par , publié le | modifié le
Santé Médicament (image d'illustration)
Médicament (image d'illustration)

Les médicaments provenant d’Internet demandent une grande rigueur de la part des consommateurs. Selon une étude proposée par l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), 50% des produits sont contrefaits. La vie des clients peut donc être mise en jeu.

La moitié des médicaments achetés sur Internet sont faux selon les chiffres recensés par l’OMS. Cette dernière a été interpellée par les nombreuses saisies faites depuis quelques années. En 2010, ce marché de la contrefaçon représentait presque 10%, ce qui correspond à 75 milliards de dollars. Face à cette situation, l’OMS souhaite sensibiliser les consommateurs « On retrouve des médicaments faux ou contrefaits partout dans le monde. Il peut s’agir de mélanges aléatoires de produits toxiques comme de préparations inactives et inefficaces. Certaines renferment un principe actif déclaré et ressemblent tant au produit authentique qu’elles trompent aussi bien les professionnels de la santé que les patients ».

Ce marché est en pleine expansion, cette situation inquiète l’OMS puisque la vente sur Internet n’est pas règlementée en France. Le directeur général de Leem (Fédération professionnelle des Industries du Médicament) a déclaré « en achetant des médicaments sur internet, les patients mettent donc en danger leur santé et leur sécurité et s’exposent à la consommation de produits ne contenant aucun principe actif, sous ou sur dosés ou encore contenant des substances nocives ».

Les conséquences d’une prise d’un faux médicament sont nombreuses, Marcia Bergeron est décédée en 2006 à cause d’une arythmie cardiaque. Cette dernière était survenue après la prise d’un faux traitement qui a révélé un taux d’aluminium 15 fois supérieur à la normale. Selon MetroFrance, cette tendance est généralisée et peut toucher les génériques, les marques et toutes les sortes de médicaments. Plus récemment, de l’Avastin contrefait a été retrouvé, il est utilisé pour traiter les cancers, mais il ne contenait aucun prince actif. Cette année, le Royaume-Uni a également été la cible de ce phénomène, des comprimés de Levitra, Cialis ou de Viagra ont d’ores et déjà été saisis.

Crédits photos : MorgueFile

Partager cet article