Les États-Unis affirment avoir tué le chef d'un groupe lié à Al-Qaïda

Par , publié le
International Drapeau d'Al-Qaïda
Drapeau d'Al-Qaïda

Sanafi Al-Nasr, le chef du groupe Khorasan un réseau lié à la mouvance Al-Qaïda, a été abattu jeudi lors d'un raid de l'armée américaine en Syrie.

Le Pentagone a affirmé dimanche dans un communiqué que Sanafi al-Nasr, de son vrai nom Abdul Mohsen Abdullah Ibrahim al Sharikh, chef du groupe Khorasan a été tué jeudi dernier en Syrie par l'armée américaine.

Le chef du groupe Khorasan a été abattu par l'armée américaine

Dimanche, les États-Unis ont affirmé avoir tué le chef d'un groupe lié à Al-Qaïda lors d 'un raid de l'armée en Syrie. Peter Cook, le porte-parole du département américain de la Défense a précisé dans un communiqué que "Le 15 octobre, les forces de la coalition ont mené une frappe (...) qui a coûté la vie à Sanafi al-Nasr, citoyen saoudien et numéro 1 du réseau de combattants issus d’Al-Qaida parfois appelé “groupe Khorasan”." Dans ce même communiqué, le Pentagone rappelle que "les terroristes d'Al Qaeda et leurs satellites restent des cibles qui ne peuvent espérer trouver de sanctuaire". Sanafi al-Nasr était citoyen saoudien et était l'un des derniers survivants du tout premier réseau terroriste d'Oussama Ben Laden.

Sanafi al-Nasr était recherché par les États-Unis

L'année dernière James Clapper, directeur du Renseignement américain, avait estimé devant le Congrès que bien qu'affaibli le réseau Khorasan dirigé par Sanafi al-Nasr demeurait un réel danger pour la sécurité du peuple américain. Sanafi al-Nasr était décrit par le Pentagone comme un financier, il faisait le lien entre les "donateurs du golfe Persique". Washington lui attribue également l’élaboration de projets d'attentats aux États-Unis ainsi que l'organisation des transferts des nouvelles recrues vers la Syrie. Il aurait notamment mis en place des itinéraires permettant aux djihadistes de se rendre du Pakistan en Syrie en passant par la Turquie.
Cela faisait des mois que Sanafi al-Nasr était recherché par les services de renseignement des États-Unis, le raid de jeudi a donc atteint la cible du Pentagone qui confirme la mort de cet homme considéré comme un dangereux terroriste.

Partager cet article

Pour en savoir plus