Les boutiques d'habillement de centre-ville, désertées depuis les attentats

Par , publié le | modifié le
Économie Photo d'illustration. Des vêtements dans une boutique.
Photo d'illustration. Des vêtements dans une boutique.

Depuis les attentats de Paris, les Français désertent les commerces de centre-ville, à commencer par ceux dédiés à l'habillement. Une chute estimée à 20 à 30%.

C'est Bernard Morvan, président de la Fédération nationale de l'habillement (FNH), qui a annoncé les conséquences des terribles attentats de Paris pour son secteur. C'était dimanche, au micro de RTL : "On constate une baisse sur les villes partout en France, du nord au sud de l'est à l'ouest, de 20 à 30 % de fréquentation dans les centres-villes".

Les effets des attentats de Paris sur le commerce de centre-ville

Cette fédération, qui regroupe quelque 50.000 commerce indépendants, et parmi eux 6.000 en région Île-de-France, est particulièrement touchée par le climat post-attentats. Mr Morvan précise que "certains magasins peuvent comptabiliser les passages à l'entrée des magasins, on sait donc dire précisément qu'il y a une chute de fréquentation depuis samedi dernier". Avant d'ajouter : "Notre besoin, c'est que la ville soit sécurisée, que les rues commerçantes soient sécurisées avec plus de présence policière dans les villes".

En outre, il indique que la FNH a obtenu une entrevue à Bercy vendredi, pour évoquer certes ces questions de sécurité, mais aussi pour appeler le secteur bancaire à être "vigilant et indulgent".

Un secteur sur le fil

Avec cette chute brutale de la fréquentation, Bernard Morvan craint que "les commerçants ne puissent pas honorer les échéances auprès de leurs fournisseurs". Et les petits ne sont pas les seuls à souffrir. Les grands magasins parisiens ont eux aussi subi l'onde de choc, et ont annoncé avant la fin de la semaine dernière une baisse de la fréquentation (-50% environ pour les Galeries Lafayette, -30% pour le Printemps).

Dès lors, que faire pour enrayer le phénomène ? Le président de la FNH a adressé une lettre ouverte à la secrétaire d'Etat à la consommation, Martine Pinville. Dans celle-ci, il demande que soit mise en place une "grande campagne publicitaire pour soutenir le commerce indépendant de centre-ville et plus généralement tout le commerce".
Pour terminer, ajoutons que lundi matin, Emmanuel Macron a tenu une réunion centrée sur les délais de paiement.

Crédits photos : Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus