Les antennes des papillons de nuit créent un détecteur d’explosifs

Par , publié le | modifié le
Sciences Un Papillon de nuit
Un Papillon de nuit

Des chercheurs se sont inspirés des antennes des papillons de nuit pour mettre au point une technologie. Cette dernière aurait la capacité de détecter les explosifs et le résultat est aussi efficace que le flair d’un chien.

Le CNRS (Centre National de la Recherche Scientifique) a étudié avec précision les antennes du Bombys du Murier dans le but de créer un « micro levier en silicium ». Pour réussir cette découverte, il a fallu identifier la structure nanométrique relativement fine pour détecter avec une grande efficacité les explosifs comme le Trinitrotoluène plus connu sous le nom TNT. Cette invention offrirait également l’opportunité de déceler la présence de certaines drogues, des agents toxiques ainsi que des polluants organiques. Ces derniers nocifs pour l’environnement, dont « devenus un problème sanitaire majeur ».

Les chercheurs tentent de mettre au point le fonctionnement le plus simple tout en étant « capable de reconnaitre de manière spécifique le type d’explosif absorbé ». Les antennes de l’insecte sont composées de grands brins dotés de sensilles en relation directe avec les neurones sensoriels du papillon. Le détecteur mis au point serait ainsi recouvert d’environ 500 000 nanotubes de dioxyde de titane. Cette découverte est un grand pas dans le domaine scientifique, les explosifs sont souvent difficiles à détecter à cause de la nécessité d’utiliser un capteur très sensible. Actuellement, les appareils peuvent identifier des concentrations d’une partie par milliards, cette détection est jugée très insuffisante pour garantir la sécurité d’un lieu public comme un aéroport.

Le fonctionnement proposé par les chercheurs du CNRS augmenterait considérablement les chances de détecter de nombreux appareils dans le but de sécuriser de nombreux établissement avec une grande facilitée. Pour l’instant, le travail demande encore une certaine recherche notamment au niveau du développement. La prochaine étape consiste à créer un dispositif qui pourra reconnaitre une certaine catégorie d’explosif.

Crédits photos : Morgue File

Partager cet article