Les Allemands "nous ont pris nos Juifs, ils nous rendent des Arabes" : Devedjian fait profil bas

Par , publié le | modifié le
Politique Patrick Devedjian
Patrick Devedjian

Après une sortie où il avait reproché à l'Allemagne de "rendre" à la France des "Arabes" après lui avoir "pris ses Juifs", Patrick Devedjian a regretté ses propos sur Twitter.

À l'occasion d'une conférence de presse tenue vendredi en Île-de-France, le député des Hauts-de-Seine Patrick Devedjian s'est autorisé une sortie qui n'a pas manqué de faire ensuite parler d'elle. Alors que le préfet Jean-François Carenco parlait des réfugiés syriens et irakiens provenant d'Allemagne et sur le point d'être reçus en France, le député Les Républicains a ainsi tenté un apparent trait d'humour à l'encontre de nos voisins germains, comme le rapporte l'AFP : ils "nous ont pris nos juifs, ils nous rendent des Arabes".

Et il faut croire que les réactions négatives n'ont pas tardé puisque dans la même journée et en début d'après-midi, Patrick Devedjian a réagi sur Twitter en affichant le regret d'avoir émis de tels propos : "Ma boutade humoristique était effectivement déplacée. Je la regrette d'autant plus que j'organise moi même l'accueil des malheureux réfugiés".

Réfugiés : Patrick Devedjian regrette ses propos sur l'Allemagne

Une sorte de mea culpa qui n'a toutefois pas semblé convaincre le député PS des Hauts-de-Seine Sébastien Pietrasanta, lequel a ainsi parlé de propos "choquants et affligeants". Patrick Devedjian avait pourtant apporté son explication quant au motif de cette déclaration : "Cette phrase est une réplique aux propos de l’un de mes interlocuteurs qui me disait que l’Allemagne nous obligeait à accueillir des réfugiés. Elle a ensuite été répétée par une tierce personne à un journaliste de l’AFP."

"Je suis accablé par le détournement de propos privés à des fins politiques"

Le député avait ajouté que "cette phrase exprimait [son] malaise quant à voir l’Allemagne donner des leçons d’humanité à la France", et de déplorer alors une interprétation mal intentionnée de ses mots : "Je suis accablé par le détournement de propos privés à des fins politiques."  On apprend au passage que le PS des Hauts-de-Seine a requis la démission de Patrick Devedjian à son poste de président du conseil départemental.

Crédits photos : capture d'écran YouTube

Partager cet article

Pour en savoir plus