Le stérilet beaucoup plus efficace que la pilule

Par , publié le | modifié le
Santé Stérilet

Une étude publiée dans la revue médicale The New England Journal of Medicine démontre que le stérilet diminue fortement le risque d'une grossesse non désirée.

Ce risque serait divisé par vingt. Cette étude démontre que le risque chez les femmes de moins de 21 ans, ayant un autre moyen de contraception comme la pilule, l’anneau vaginal ou le timbre transdermique, ont deux fois plus de risque d’être enceinte que dans le cas des femmes plus âgées. Cette étude a été menée sur un échantillon de 7.500 participantes, dans une tranche d’âge allant de 14 ans à 45 ans. Le Dr Jeffrey Peipert, professeur de gynécologie à la faculté de médecine de Washington, qui est à l’initiative de cette étude, pense que la contraception par le stérilet ou les implants est beaucoup plus sûre et pourrait éviter un nombre significatif de grossesses indésirables.

La principale raison n’est pas l’oubli de la pilule comme on pourrait le penser. Toutefois, c’est un risque non négligeable au même titre que l’interaction entre la pilule et certains médicaments comme les anti-inflammatoires. En France, le professeur Israël Nisand du CHU de Strasbourg avait déjà alerté les pouvoirs publics sur les dangers du « tout pilule » en constatant le nombre impressionnant d’adolescentes pratiquant l’avortement alors qu’elles avaient été placées sous pilule. Il faisait déjà référence au contraceptif comme l’implant hormonal, considéré comme étant plus efficace. Le taux de défaillance de cet implant ou du stérilet est de l’ordre de 1%, ce qui est très faible. De plus, une fois posée, cette méthode de contraception est facilement oubliée par la femme qui n’a plus à se soucier de sa contraception.

Le stérilet en cuivre est efficace durant dix ans, le stérilet hormonal pendant au moins cinq ans et l’implant durant trois ans. Au cours de l’étude qui s’est déroulée sur une période de trois ans, 344 femmes se sont retrouvées enceintes, pour 156 d’entre elles du fait d’une défaillance de leur moyen de contraception. Il ne peut pas s’agir seulement d’une erreur ou d’un oubli de la pilule par la patiente. Sur ces 156 femmes, 133 avaient recours à l’anneau vaginal, la pilule ou au timbre transdermique. Vingt-et-une utilisaient l’implant ou le stérilet. Elle prouve donc bien la supériorité de ces deux dernières méthodes en matière de contraception.

Partager cet article