Le premier indice de confiance des cadres dévoilé

Par , publié le | modifié le
Économie Photo d'illustration. Des salariés au travail.
Photo d'illustration. Des salariés au travail.

Le premier indice de confiance des cadres dans leur entreprise vient d’être dévoilé. Le chiffre dépasse de peu la moyenne.

Comme pour Apple qui a une application pour tout, en France, nous avons des indices de confiance pour beaucoup de choses. Confiance envers le président de la République, confiance des ménages, confiance des consommateurs... L’Institut Montaigne, en collaboration avec l’Union des industries et des métiers de la métallurgie (UIMM) et du fonds d’investissement Raise, vient de rajouter sa pierre à l’édifice en créant l’indice de confiance des cadres dans leur entreprise.

Pour sa première année, cet indice n’est d’ailleurs pas vraiment au beau fixe.

L’indice de confiance des cadres plafonne à 6,7 sur 10

C’est l’Institut TNS Sofres qui a réalisé l’enquête auprès de près d’un millier de cadres d’entreprises publiques et privées de plus de 250 salariés. Il en ressort que l’indice de confiance des cadres envers leur entreprise atteint, pour sa première édition, les 6,7 points sur 10.

La confiance des cadres envers leur société n’est donc pas au mieux et révèle que ces derniers ont « une confiance tiède et clivée vis-à-vis de leur entreprise » selon les initiateurs de l’enquête.

Des pistes pour améliorer la confiance des cadres

Toujours selon l’étude, ce manque de confiance « ne s’explique ni par les profils sociologiques des personnes interrogées (sexe, âge), ni par les caractéristiques intrinsèques des entreprises (taille, secteur...) », mais pointe surtout les défaillances dans la gouvernance des entreprises la privant « de près de la moitié de son capital humain ».

Pour améliorer la confiance des cadres dans leur entreprise, l’étude avance plusieurs pistes. Il faudrait tout d’abord améliorer les échanges avec les dirigeants de la structure et une  circulation plus transparente de l’information. L’étude préconise également une forme de management renforçant l’autonomie dans la prise de décision, la culture du travail en équipe et un allègement du reporting. En travaillât sur ces sites d’amélioration, les dirigeants pourraient « emporter l’adhésion de 39 % de salariés attentistes [...] ni défiants, ni confiants, mais dans une zone d’indécision pour leur engagement ». Rendez-vous en 2016 pour voir comment la situation aura évolué, l’indice de confiance des cadres dans leur entreprise sera en effet publié chaque année.

Crédits photos : Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus