Le plus grand dinosaure du Brésil sort du placard 60 ans après sa découverte

Par , publié le
Sciences Austroposeidon magnificus, dinosaure découvert au Brésil
Austroposeidon magnificus, dinosaure découvert au Brésil

Le plus grand dinosaure jamais découvert au Brésil a été dévoilé la semaine dernière plusieurs dizaines d'années après.

AustroPoseidon magnificus. Nul besoin d'avoir fait de longues études de latin pour avoir une idée, même vague, du gigantisme de ce dinosaure. Ses restes ont été mis au jour en 1953 par Llewellyn Ivor Priceun, grand paléontologue brésilien.

La semaine dernière, le public a pu découvrir ces restes fossilisés au musée de Sciences naturelles de Rio de Janeiro. Mais pourquoi avoir attendu si longtemps ?

AustroPoseidon magnificus, des analyses récentes

Ce qui justifie autant de décennies de "quarantaine", c'est le manque de moyens financiers mais surtout techniques. Ce qu'explique le directeur du musée Diogenes de Almeida Campos : "Nous attendions d'avoir le personnel adéquat". Et pour cause, puisqu'il précise que dans le pays, seuls dix paléontologues sérieux et suffisamment experts travaillent sur le sujet.

Il a fallu attendre qu'une de ses étudiantes en fasse son sujet de thèse pour que cet herbivore de la famille des Titanosaures soit finalement étudié en profondeur.

Un cou de 25 mètres de long

Avec ses 8 mètres de haut, le dinosaure présentait il y a 70 millions d'années des vertèbres pouvant faire la taille d'un four à micro-ondes. Mais il n'ets sans doute pas unique, comme le rappelle le directeur du musée : "Faites attention quand vous construisez des routes ou creusez des puits, vous pourriez avoir un dinosaure dans votre jardin sans le savoir !".

Pour autant, si AustroPoseidon magnificus est le champion du Brésil, il est très largement dépassé un dinosaure qui se trouve au Musée d'histoire naturelle de New York. Ses mensurations : 37 mètres de long pour 77 tonnes. Et il y a deux ans, des restes mis au jour en Argentine pourraient avoir appartenu à un animal de quelque 40 mètres, mais des analyses plus poussées doivent encore le confirmer.

Crédits photos : FABIO MOTTA/ESTADAO CONTEUDO

Partager cet article

Pour en savoir plus