Le pape François canonise un moine génocidaire

Par , publié le
International
Un timbre à l'effigie de Junipero Serra, moine canonisé par le pape François

Hier mercredi, le pape François a canonisé un moine espagnol du 18ème siècle au grand dam des amérindiens qui accusent le moine évangélisateur de génocidaire d'indiens.

Le pape François a profité de sa venue aux Etats-Unis pour canoniser Junipero Serra, un moine évangélisateur d'origine espagnole mort en 1784. Une canonisation particulièrement controversée par les populations amérindiennes de la région de Los Angeles qui le considèrent comme un génocidaire de la culture et du peuple autochtone de la région de Los Angeles.

Un saint au goût particulièrement amer pour les amérindiens

Pour la nation Kizh Gabrieleno, peuple amérindien de la région de Los Angeles, ce moine jésuite, surnommé "l'évangélisateur de l'Ouest", est un meurtrier : "Nous dénonçons vivement la canonisation de celui qui a été le meurtrier de notre peuple et de notre culture". Une pétition lancée par la tribu amérindienne et demandant au pape de réviser sa position sur la canonisation de Junipero Serra avait réuni plus de 10 700 signatures en vain.

Le pape François, fasciné par les missionnaires, n'a donc pas tenu compte de la colère des peuples amérindiens et défendu le moine : "il a appris à faire naître et à accompagner la vie de Dieu dans les visages de ceux qu'il rencontrait, faisant d'eux ses frères. Junipero a cherché à défendre la dignité de la communauté autochtone, la protégeant de ceux qui lui faisaient subir des mauvais traitements".

Une canonisation qui fait la joie de la hiérarchie catholique américaine

C'est sous un soleil brûlant que le pape François a célébré la messe de canonisation devant une foule de 25 000 fidèles dans le sanctuaire national de l'Immaculée conception. Le pape a toutefois glissé une phrase à l'attention des amérindiens en déclarant que : "Ces maux continuent aujourd'hui à nous troubler, spécialement en raison de la douleur qu'ils provoquent dans beaucoup de personnes".

Jose Gomez, l'archevêque de Los Angeles n'a pas caché sa joie à l'annonce de cette canonisation et s'est particulièrement félicité de "ce cadeau fait à la Californie et aux Amériques".

Partager cet article

Pour en savoir plus