Le Népal se dote d'un nouveau Premier ministre issu du parti communiste

Par , publié le
International Khadga Prasad Sharma Oli devient Premier ministre du Népal.
Khadga Prasad Sharma Oli devient Premier ministre du Népal.

Dimanche 11 octobre, le Népal s'est doté d'un nouveau Premier ministre. Il s'appelle Khadga Prasad Sharma Oli, il est le chef de file du parti communiste marxiste-léniniste du pays.

Khadga Prasad Sharma Oli a été élu dimanche, Premier ministre du Népal grâce aux deux tiers de l'Assemblée. A 63 ans, le chef de file du parti communiste arrive à un moment difficile alors que la population du sud réclame des reformes suite à la promulgation de la nouvelle Constitution le 20 septembre.

Khadga Prasad Sharma Oli Premier ministre du Népal

"KP Sharma Oli a été élu au poste de Premier ministre du Népal", a annoncé le président du Parlement népalais Subash Chandra Nembang. Élu avec 338 voix contre 249 pour son rival le Premier ministre sortant Sushil Koirala qui avait dû démissionner suite à la promulgation de la nouvelle Constitution, KP Sharma Oli devient Premier ministre du Népal à 63 ans. Avant le vote, KP Sharma Oli a déclaré aux parlementaires : "Notre pays a été dévasté par le séisme. J'accélérerai le processus de reconstruction".
KP Sharma Oli a commencé sa carrière politique dans les années 1970 en se battant contre la royauté. Ce combat va l'envoyer en prison où il restera durant 14 ans. A sa sortie dans les années 1980, il rejoint le parti marxiste-léniniste et est élu au Parlement. Il devient ensuite ministre de l’intérieur et des Affaire étrangères. Il est désormais le premier Premier ministre du gouvernement républicain de l'histoire moderne du Népal.

Un contexte difficile

KP Sharma Oli devient Premier ministre dans un contexte assez complexe. Il arrive à un moment où le pays est en pleine reconstruction suite au séisme qui a fait 8.900 morts au mois d'avril. Il arrive également au moment où les Madhesis, les populations du sud du Népal, réclament une plus grande autonomie et une véritable reconnaissance. Les mahdesis mènent une grève générale depuis la promulgation de la nouvelle Constitution qui a divisé le pays en différents États fédérés. Cette division de la région réduit les mesures de discrimination positive de cette minorité et dilue par la même occasion leur représentation.
KP Sharma Oli, qui a récemment montré un certain dédain envers les protestataires qu'il a comparé à des "mouches", devra regagner leur confiance et s'armer de courage, s'il veut réussir à travailler dans l'unité et l'harmonie nationales pour faire avancer son pays.

Partager cet article

Pour en savoir plus