Le gouvernement limite les prix cassés sur la viande de porc

Par , publié le | modifié le
Économie Des cochons dans un élevage français en juillet 2010
Des cochons dans un élevage français en juillet 2010

Un arrêté publié au Journal officiel aujourd’hui prévoit de limiter les prix bradés sur la viande de porc. Désormais les importantes promotions sur la viande de porc ne pourront être faites que deux mois par an.

C’est la fin des prix bas pour la viande de porc fraîche. Le gouvernement vient de décider de limiter les périodes de promotions importantes sur la viande porcine fraîche à seulement deux mois dans l’année.

Le but de cette mesure est de venir en aide à la filière porcine française qui connaît d’importantes difficultés économiques depuis le début de la crise.

Un arrêté publié aujourd’hui au journal officiel

Jusqu’à maintenant, la plupart des produits à base de viande fraîche de porc se vendaient à des prix planchers. L’arrêté publié ce vendredi 12 juin 2015 dans le Journal officiel indique qu’à partir de ce jour « en dehors des périodes de début d’année et de fin d’été, ne pourront plus être réalisées d’opérations promotionnelles mettant en avant des prix inférieurs à 50 % du prix moyen hors promotion du mois précédent ».

Une décision qui intervient au moment au Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture, devait se rendre aujourd’hui à Ploërmel, dans le Morbihan, pour l’assemblée annuelle de la Fédération nationale porcine.

La grande distribution promet d’aider la filière porcine

Les fortes promotions sur la viande de porc fraîche seront donc désormais limitées à deux mois par an, en janvier et en septembre, afin d’aider la filière porcine française.

Cette semaine déjà, certaines enseignes de la grande distribution ont annoncé des mesures pour soutenir la filière porcine. Intermarché a choisi d’augmenter son prix d’achat auprès des producteurs de 5 centimes/kilogramme par semaine jusqu’à ce que le tarif du porc grimpe à un prix proche de 1,40 euro/kg. Leclerc a également pris une telle mesure et l’enseigne a tenu à préciser qu’elle continuerait à acheter sa viande de porc auprès des producteurs français, quelles que soient les différences de tarifs avec les autres marchés européens.

Crédits photos : © AFP/Archives Denis Charlet

Partager cet article

Pour en savoir plus