Le CSA met en garde Direct 8 pour avoir mal réparti le temps de parole

Par , publié le
Politique CSA logo

Direct 8 aurait, selon le CSA, accordé trop de temps de parole à Nicolas Dupont-Aignan pendant la campagne électorale.

Lors de la campagne électorale qui se déroule du 9 avril au 20 avril, les radios et les télévisions sont tenues de respecter un temps de parole équivalent pour chaque candidat. Le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA) se charge de surveiller ce fameux temps de parole. Il est donc venu le temps du bilan, et parmi les mauvais élèves on retrouve Direct 8 et France 3.

Pour Direct 8, le CSA reproche à la chaîne d’avoir accordé 24 % du temps de parole à Nicolas Dupont-Aignan du parti Debout la république contre les 10 % prévus (10 candidats, 10 % par candidat). La grande perdante de Direct 8, c’est Nathalie Arthaud de la Lutte Ouvrière qui a eu moins de 6% de temps de parole.

Pour France 3, ce sont les antennes locales de Caen, Lyon, Nancy, Nantes et Orléans qui sont mises à l’amende. Ce n’est pas qu’elles n’ont pas respecté le temps de paroles, elles n’ont tout simplement pas parlé des candidats politiques.

Les autres médias ont quant à eux respecté le temps de parole. En tout, ce sont 155 heures qui ont été dédiées aux candidats entre le 9 avril et le 20 avril. Aucune mesure de sanction ne sera prise par le CSA contre les deux chaînes incriminés, il s’agit juste pour l’instant d’un rappel à l’ordre.

Partager cet article

Pour en savoir plus