Le conflit en Syrie prêt à dégénérer entre la Turquie et la Russie

Par , publié le | modifié le
International
Les chars de l'armée turque positionnés le 16 février 2016 à Oncupinar près de Killis, à la frontière avec la Syrie

La tension est extrême entre Russie et Turquie et pourrait rapidement se convertir en une confrontation de grande ampleur. Une escalade extrêmement préoccupante qui pourrait par jeux d'alliances créer un conflit global.

L'escalade verbale associée aux provocations de la Turquie et l'incapacité des Etats-Unis et de l'Europe à se faire entendre suscite des inquiétudes extrêmement vives. Les intérêts des deux puissances dépassent de loin le cadre du conflit en Syrie et le jeu d'alliances entre tous les acteurs a comme un goût de scénario extrêmement sombre.

La Turquie accuse la Russie et multiplie les provocations

Les deux pays se livrent déjà une guerre par procuration. La Russie, alliée du président syrien, lutte contre les terroristes et les mercenaires se réclamant de l'opposition syrienne. La Turquie elle, exige le départ du président Bachar al-Assad. La tension est extrême depuis que la Turquie a abattu un avion russe, multiplié les provocations verbales, lancé des bombardements depuis 4 jours sur le sol syrien et menace d'une intervention terrestre.

La Turquie inculpe les russes de bombarder des civils, accuse le Kremlin de se comporter "comme une organisation terroriste" et promet "une riposte extrêmement résolue". Elle évoque par ailleurs ouvertement la mise en place d'une intervention terrestre notamment aidée par l'Arabie Saoudite.

Les Etats-Unis et l'Europe incapables de se faire entendre

Washington mais aussi d'autres capitales européennes ont exhorté les turcs à cesser immédiatement leurs bombardements et à ne pas lancer d'opération au sol. Mais ces appels sont restés vains, Ankara restant sourd aux appels occidentaux et comptant sur son allié saoudien pour lancer une grande offensive.

Le Premier ministre russe avait, il y a quelques jours, indiqué qu'une telle invasion convertirait le conflit syrien en une nouvelle guerre mondiale. Membre de l'OTAN, la Turquie, en cas de conflit, pourrait demander l'aide des autres membres de cette même organisation. Un jeu d'alliances extrêmement dangereux et complexe qui pourrait faire intervenir un grand nombre d'acteurs.

Crédits photos : © AFP BULENT KILIC

Partager cet article

Pour en savoir plus