Laval : jugé pour avoir dit "casse-toi pauv' con" à Emmanuel Macron

Par , publié le
Politique Le ministre de l'Economie Emmanuel Macron.
Le ministre de l'Economie Emmanuel Macron.

Un jeune homme sera jugé pour outrage à Laval pour avoir lancé "Casse-toi pauv' con" au ministre l'Economie Emmanuel Macron.

Il pensait peut-être faire un bon mot en citant un ancien président de la République, mais il finira finalement devant le tribunal. Un jeune homme va en effet être jugé par le tribunal de Laval (Mayenne) pour avoir lancé un « Casse-toi pauvre con ! » à Emmanuel Macron.

Emmanuel Macron ne réagit pas tout de suite

Ce sont nos confères de France Bleu qui rapportent l’information. Nous sommes le 25 juillet 2016 lorsque le ministre de l’Économie se rend à Laval où se déroule une cérémonie de remise du label « French Tech » dans le quartier du Théâtre.

Alors qu’il sort de son véhicule, un jeune homme d’une vingtaine d’années présent sur place va alors lancer le désormais célèbre « Casse toi pauv’ con ! » à l’encontre du ministre. Emmanuel Macron ne réagira pas, mais l’homme sera tout de même soumis à un contrôle de police, notamment pour relever son identité. Ce n’est que plus tard que le jeune homme recevra une ordonnance de la justice. Il doit se présenter le 6 décembre prochain devant le tribunal pour répondre à une accusation d’« outrage ».

Nicolas Sarkozy fait des émules

Si l’expression « Casse-toi pauv’ con » a bien entendu été popularisée par Nicolas Sarkozy lors du salon de l’agriculture en 2008. Une affaire qui avait fait couler beaucoup d’encre.

Plus tard en 2008 et encore une fois à Laval, Hervé Eon avait brandi une pancarte « Casse-toi pov’ con ! » devant la voiture de Nicolas Sarkozy et avait été condamné pour offense. L’affaire s’était terminée devant la Cour européenne des Droits de l’Homme qui a décidé de condamner la France dans cette affaire, estimant que le recours à une sanction pénale était disproportionné pour une critique de nature politique. Cette affaire a emmené à l’abrogation du délit « d’offense au chef de l’État » en avril 2013.

Crédits photos : Christophe RUSSEIL/FTV/Phototele.com

Partager cet article

Pour en savoir plus