L'Auvergne dans le top 10 des régions du monde à visiter absolument

Par , publié le
France Les volcans d'Auvergne
Les volcans d'Auvergne

L’Auvergne figure dans le top 10 des régions du globe à ne pas manquer de visiter lors de l’année 2016 selon le magazine touristique Lonely Planet.

À la question « quels sont, selon vous, les endroits du monde à visiter au moins une fois dans sa vie ? » Les réponses sont toujours sensiblement les mêmes et évoquent les cartes postales les plus célèbres de notre bonne vieille planète Terre.

Pour amener les touristes à découvrir le monde sous un autre regard, le magazine Lonely Planet vient de dévoiler son top 10 des régions du globe à découvrir absolument en 2016. Cocorico ! L’Auvergne arrive en bonne place de ce classement !

L’Auvergne, 6e lieu sur Terre à découvrir en 2016 !

La terre chérie de Valérie Giscard D’Estaing arrive en 6e place du classement du magazine touristique. Pour arriver à un tel classement, les experts du guide Lonely Planet se sont basés sur des critères qui sortent un peu des sentiers battus habituels à savoir :

  • L’actualité autour de la région
  • le cadre naturel
  • les initiatives touristiques développées par la région.

Ces derniers décrivent l’Auvergne comme « un joyau méconnu du grand public » et « peu fréquenté par les touristes ». Lonely Planet met en avant la beauté des volcans d’Auvergne « qui rappellent les paysages islandais », mais aussi son patrimoine culturel et gastronomique tout en se félicitant d’une région qui « a su se réinventer sans céder une once de son charme rural ».

Du beau monde autour de l’Auvergne

L’Auvergne est entourée d’autres joyaux de notre monde dans le classement de Lonely Planet. La région française se classe derrière la Transylvanie (Roumanie), l’ouest de l’Islande, la vallée de Viñales (Cuba), les vignobles du Frioul (Italie) et Waiheke Island (Nouvelle-Zélande), mais parvient à devancer Hawaï (États-Unis), la Bavière (Allemagne), la Costa Verde (Brésil) et Saint-Hélène (Atlantique Sud).

Crédits photos : Commons Wikimedia

Partager cet article