Laurent Baffie critique Thierry Ardisson dans SLT après la venue de Farid Benyettou

Par , publié le | modifié le
Télévision
Laurent Baffie

La semaine passée, Thierry Ardisson recevait sur le plateau de "Salut les terriens" l'ancien mentor des frères Kouachi auteurs de l'attentat contre le magazine Charlie Hebdo le 7 janvier 2015 à Paris. Gêné, Baffie en a fait part à Thierry Ardisson.

Toujours aussi cash, Laurent Baffie ne s'est pas gêné pour donner sa position à Thierry Ardisson après la venue sur le plateau de SLT de Farid Benyettou la semaine dernière. Après avoir twetté son mal être suite à l'émission du 7 janvier : "Très perturbé d'avoir serré la main du mec qui est à l'origine de la tuerie de Charlie en plus des 2 ans après le drame. J'aurai du partir", le sniper a critiqué son "boss".

"Pourquoi tu ne lui as pas demandé à qui irait le fric des ventes de bouquins ?"

Laurent Baffie : "Ce qui m'a beaucoup choqué, c'est qu'avec ce genre de témoignage, en règle générale, tu viens, tu t'assoies et tu racontes. Le mec a fait comme les hommes politiques, il a fait un tour de table pour nous serrer la main à tous. Et moi qui ai beaucoup de répartie d'habitude, je n'ai pas eu le réflexe de lui dire "Parle d'abord, et peut-être que je te serrerais la main après". Donc c'est plus à moi que j'en veux et quand je fais ce tweet de regret, je savais que je me prendrai des seaux de merde"", commence le trublion de C8.

Thierry Ardisson à Laurent Baffie : "Laurent, tu fais les tweets que tu veux, comme tout le monde ici que ce soit Guillon ou un autre. Personnellement, je pense que les gens sont aptes et adultes pour qu'on leur montre des gens et qu'ils se fassent leur idée d'eux-mêmes".

Laurent Baffie : "J'entends bien Thierry mais pourquoi l'inviter pile le jour anniversaire, c'était pas cool pour les familles de victimes, c'était perçu comme un affront. Un autre truc que je voulais te demander : pourquoi tu ne lui as pas demandé à qui irait le fric des ventes de bouquins ? Aux familles des victimes ou à lui ? Tu as mal fait ton métier, je te mets un blâme".

"Ce blâme, je le prends"

Thierry Ardisson : "Ce blâme, je le prends, mais bon, je n'ai pas à être un censeur. Méfier-vous des moralisateurs comme Cahuzac qui vous explique qu'il ne faut pas cacher son argent en Suisse".

Crédits photos : capture écran vidéo Ina/Tout le monde en parle

Partager cet article

Pour en savoir plus