L’Amérique, la cerise sur les gâteaux Michel et Augustin

Par , publié le
Économie Michel et Augustin débarquent chez Starbucks
Michel et Augustin débarquent chez Starbucks

La marque française Michel et Augustin débarque officiellement dans 7000 Starbucks aux Etats-Unis.

Le rêve américain devient officiellement réalité pour Michel et Augustin. La marque française a paraphé un contrat mirobolant avec Starbucks pour être commercialisée dans plus de 7000 points de vente aux États-Unis. Répartis dans les 50 états des États-Unis, les gâteaux de Michel et Augustin sont d’ores et déjà commercialisés, avec en produit vedette, des petits carrés en pâte sablée.

Pour la marque française, ce nouveau contrat est l’aboutissement d’un long projet. "Cela fait dix ans qu'on essayait de rentrer chez Starbucks!", racontait Augustin Paluel-Marmont, cofondateur de la marque dans un entretien pour le figaro en août dernier.  "L'enjeu est maintenant de transformer cette aventure irréelle et exceptionnelle en une vraie opportunité commerciale."

32 millions d’américains pourront découvrir Michel et Augustin

Ce contrat avec Starbucks n’est pas anodin pour la marque française. Chaque mois, c’est près de 32 millions de clients américain qui entrent dans un Starbucks . Le pays américain est devenu le deuxième marché pour la société, juste derrière la France. La marque s’était installée aux États-Unis l’été dernier. "Il s'agit pour nous de faire rayonner le savoir-pâtissier français et le made in France dans le monde entier" déclare Augustin Paluel-Marmont.

L’épopée de ce contrait avait alors été largement suivie sur les réseaux sociaux, notamment grâce à deux salariés qui avaient réussi à obtenir un rendez-vous avec le président de Starbucks, Howard Schultz.

40 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2015 pour Michel et Augustin

Grâce à ce nouveau contrat, la marque française pourra très certainement tirer de nouveau bénéfice pour l’année 2016, après avoir enregistré une croissance de 35% l’an dernier en France, avec 40 millions de chiffre d’affaires.

Partager cet article