Nasa : test du LDSD, un nouveau parachute supersonique

Par , publié le | modifié le
Sciences
La Terre.

La Nasa teste ce jour un parachute supersonique d’une envergure de 30 mètres permettant de freiner les capsules des premiers vols habités sur Mars. Heure prévue, si toutes les conditions sont réunies : 19h30.

Si le décollage des engins spatiaux reste un exercice très compliqué, bien que de mieux en mieux maîtrisé, il ne faut pas négliger la problématique du retour sur Terre pour les vols habités. Pour cela, l’agence spatiale américaine (Nasa) va tester,si les conditions le permettent, le plus grand parachute supersonique jamais déployé pour une mission de ce genre. Une phase de test capitale dans l’optique des premiers vols habités sur la planète Mars prévus pour 2030.

30 mètres de diamètre pour le parachute supersonique de la Nasa

Pour cette phase de test, la Nasa utilisera les capsules d’un peu plus de trois tonnes, soit le double du poids des vaisseaux que l’agence spatiale américaine est actuellement capable de faire atterrir sur la planète Rouge.

Le parachute, baptisé "Low-Density Supersonic Decelerator" (LDSD) est, de l’aveu même des ingénieurs de la Nasa, "le plus grand parachute jamais déployé". Ce dernier fait en effet 30 mètres de diamètre. Pour ce premier essai, la Nasa enverra une capsule à 37 kilomètres au-dessus de la surface de l’océan Pacifique grâce à un ballon géant. Des fusées relaieront alors le ballon pour emmener le tout à plus de 55 kilomètres d’altitude.

Une vitesse supersonique

Une fois lâchée, la « soucoupe » tombera à une vitesse 2,35 fois supérieure à celle de la vitesse du son. Le LDSD aura alors la lourde tâche de se déployer pour freiner cette dernière et lui permettre d’amerrir en douceur dans le Pacifique. La très haute altitude permettra de retrouver des conditions similaires à celles de la haute atmosphère de Mars.

Eric Queen avec le parachute

Eric Queen avec le parachute

Un premier parachute du genre avait été essayé en 2014, mais ce dernier ne s’était pas déployé comme prévu et s’était déchiré pendant la descente. Un nouveau test est d’ores et déjà prévu pour l’année 2016.

Crédits photos : Nasa

Partager cet article

Pour en savoir plus