La loi Macron sonne le glas des cabines téléphoniques

Par , publié le | modifié le
Économie
Photo d'illustration. Une cabine téléphonique.

Les cabines téléphoniques, qui avaient déjà une forte tendance à se raréfier dans nos paysages urbains et ruraux font les frais de la loi Macron, qui libère Orange de son obligation de les maintenir en état.

Il n'est pas utile de rappeler que le monde des télécoms évolue à vitesse grand V. Et les nouvelles victimes de ces bouleversements sont les cabines téléphoniques. Leur fossoyeur ? La loi Macron, dont un article libère Orange (anciennement France Télécom) de l'obligation d'installation et de maintenance de ces équipements.

Il reste 40.000 cabines téléphoniques en France

C'est l'article L35-1 du Code des postes et communications électroniques qui imposait à l'opérateur de permettre l'accès à de telles installations au nom du service universel. Mais la loi Macron, en étant adoptée au mois de juillet dernier, a sonné la fin de ce "devoir" pour Orange. A l'horizon 2017 donc, et comme nous le rappelle Le Parisien, exit "l'obligation légale de maintenir au moins une cabine par commune et deux dans les villes de plus de 1.000 habitants".

En moins de deux décennies, le parc des cabines publiques en France est passé de 300.000 à 40.000 unités. Certes, d'un côté, le gouvernement soulignait une utilisation devenue "résiduelle", celle-ci s'élevant à 1 minute par jour et par cabine, en moyenne. Mais qu'en est-il des zones françaises pas encore couvertes par le réseau de téléphonie mobile ?

Orange devra couvrir les zones blanches

Il revient désormais à Orange l'obligation de couvrir ces zones blanches qui concernent 4.000 communes en France. Enfin, l'ex-France Télécoms et les autres acteurs du secteur, puisqu'une charte signée de manière commune les engageait à en finir avec cette couverture partielle du réseau mobile.

Le Parisien relaie l'inquiétude de l'association d'une association, Perdons pas le fil, soutiendra un amendement dans le cadre du projet de loi numérique d’Axelle Lemaire, visant à les protéger. Selon leurs membres, le parc des cabines reste le seul lien en cas de coupures.
Et qui dit cabine dit annuaire. Si les PagesBlanches continueront d’être distribués en 2016 dans 84 départements français, ce ne sera en revanche plus le cas dans les départements de l'Ile-de-France, même chose dans les suivants : 06, 13, 31, 34, 59, 69. Pas de changement en revanche pour les PagesJaunes.

Crédits photos : 360b / Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus