La e-cigarette bientôt interdite dans tous les lieux publics ?

Par , publié le | modifié le
Société
Photo d'illustration. Une femme vapotant avec sa e-cigarette.

Le Haut conseil de la santé publique a recommandé mercredi que la cigarette électronique soit bannie des lieux publics. Elle serait "une porte d'entrée vers le tabagisme".

Une incitation à l'usage du tabac, la cigarette électronique ? C'est ce que pense le Haut conseil de la santé publique (HCSP), qui pourrait bientôt l'interdire dans les lieux publics. Bars, restaurants ou encore boîtes de nuit devraient donc fermer leurs portes au vapotage, en cela qu'il constitue "une porte d'entrée vers le tabagisme".

L'e-cigarette, moyen de sevrage mais aussi rôle d'incitation au tabac

Ainsi, le HCSP pense que d'un côté, que la cigarette électronique "peut être considérée comme une aide pour arrêter ou réduire la consommation de tabac des fumeurs" ou "constitue un outil de réduction des risques du tabagisme". Mais de l'autre, elle est aussi susceptible de "constituer une porte d'entrée dans le tabagisme" ou encore, tendre vers "un risque de renormalisation de la consommation de tabac". 

Voilà pourquoi dans la synthèse de son avis lisible sur son site Internet, le HCSP pense qu'elle devrait être interdite "à tous les lieux affectés à un usage collectif (...) même si les risques liés au vapotage passif sont nuls ou extrêmement limités pour les tiers".

Le HCSP appelle à clarifier le statut de la cigarette électronique

Pour l'institution de santé, il est également important d'"engager une réflexion sur la création d’une cigarette électronique 'médicalisée'", ainsi que de "clarifier le statut de la cigarette électronique et des flacons de recharge". Ou encore, de veiller à "un renforcement du dispositif observationnel du tabagisme, à la réalisation d’études épidémiologiques et cliniques robustes sur la cigarette électronique".

A ce jour, la loi Santé prévoit une interdiction du vapotage, comme le rappelle le Télégramme :

  • à l'intérieur des établissements scolaires et des établissements destinés à l'accueil, à la formation et à l'hébergement des mineurs
  • dans les moyens de transport collectif fermés (bus, train, métro, tramway...)
  • à l'intérieur des lieux de travail fermés et couverts à usage collectif.
Crédits photos : Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus