La crise favorise l’épargne sans risque chez les ménages français

Par , publié le
Économie Un livret A photographié à Lille le 19 juillet 2012 à Lille
Un livret A photographié à Lille le 19 juillet 2012 à Lille

Le contexte financier n’incite pas les ménages français à prendre des risques concernant leur épargne.

En ces temps où le contexte économique est plutôt instable, les ménages français semblent vouloir protéger leur épargne au maximum. Une étude sur les habitudes d’épargne des Français dévoilée aujourd’hui par l’Insee voile que les Français favorisent les placements les plus sûrs et ne prennent plus de risque avec leur bas de laine.

Les livrets d’épargnes en tête

Premier point important de l’étude de l’Insee, presque tous les Français possèdent un actif financier (autre qu’un compte bancaire), immobilier ou professionnel (93,8 %). Les Livrets d’épargne restent les produits financiers les plus sollicités par les Français puisque 85,9 % des ménages en possèdent un en France. Une tendance qui s’explique par le fait que ces Livrets d’épargne constituent une forme sécurisée de placement.

En 10 ans, la part de ménages détenant un livret défiscalisé a augmenté de 3 points. L’étude démontre une forte croissance du taux de détention de livret A ou Bleu (75,8 % en 2015 contre 68,3 % en 2010 et 57,0 % en 2004).

L’assurance-vie garde la cote, les valeurs immobilières en tête

Après les Livrets d’épargne, l’assurance-vie constitue le placement financier préféré des Français. 36,5 % des ménages en possèdent aux moins une même si leur progression est plus faible ses dernières années. Encore une fois, le cadre fiscal attractif et la possibilité de sécuriser une partie de son épargne font pencher la balance en faveur des assurances-vie.

Preuve que les Français veulent du placement sûr, les valeurs immobilières perdent du terrain. En 2004, un quart des ménages détenait des valeurs mobilières ; ils ne sont plus qu’un sur six début 2015 (16,5 %). Reste maintenant à savoir si les ménages français deviendront moins frileux le jour ou le contexte économique deviendra moins tendu.

Crédits photos : © AFP/Archives Philippe Huguen

Partager cet article