La consommation et l'épargne des ménages se sont redressées timidement en 2014

Par , publié le | modifié le
Économie Photo d'illustration
Photo d'illustration

Selon une étude publiée par l’Insee ce vendredi 12 juin, le pouvoir d’achat des Français a augmenté de 1,1 % sur l’ensemble de l’année 2014. Une première depuis 2010 mais cependant assez timide.

Cela va un peu mieux du côté du porte-monnaie des Français. L’Insee a publié aujourd’hui les résultats d’une étude sur le pouvoir d’achat des ménages pour l’année 2014 et les chiffres sont bons puisque ce dernier a affiché une hausse de 1,1% l’année dernière. Une progression qui n’avait pas eu lieu depuis 2010.

Consommation et épargne reprennent du poil de la bête

Cette embellie dans les finances des Français a notamment été portée par la stabilité des prix à la consommation qui ont favorisé les dépenses. (0 % en 2014 contre 0,8 % de hausse des prix en 2013). La consommation des Français (incluant les dépenses de santé et éducation restant à leur charge) a pesé l’an dernier pour 0,3 point à la croissance de 2 % du produit intérieur brut (PIB).

L’épargne n’est pas en reste puisque pour la première fois depuis 2010, le taux d’épargne est remonté de 0,4 point en 2014. Ce dernier ne cessait de chuter depuis la dernière hausse du taux d’épargne en 2009 et se place maintenant à son niveau d’avant crise avec 15,1 %.

Smartphones et cinéma moteur de la consommation

Les Français se sont fait plaisir en matière d’achat high-tech cette année. Les ventes de smartphones sans engagement ont augmenté de 70 % cette année. Dans le même temps, la baisse des prix des forfaits (-4,6 %) a permis à de nombreux consommateurs de renouveler leur matériel. Les Français ont profité de cette embellie économique pour se ruer dans les salles obscures. Après deux années de baisse, la fréquentation a augmenté de 8,2 % l’année dernière. Avec 208 millions d’entrées, 2014 titille les records de 2010 et 2011. Dernier secteur porteur, celui des paris sportifs (+0,6 %), l’effet Coupe du Monde 2014 s’est donc fait ressentir.

A contrario, le tabac, la presse et les livres papier (-3,6 %) et les ventes de disque (-13,1 %) sont les mauvais élèves de cette année 2014 en matière de consommation. Ces secteurs subissent de profondes mutations avec l’arrivée de nouveaux modes de consommation comme la cigarette électronique ou les livres au format numérique. L’automobile, véritable témoin de la santé de la consommation d’un pays, est parvenue à endiguer sa chute vertigineuse et se stabilise. Fait étonnant, l’essence a la cote (+6,6 %) alors que  le diesel plonge (-7,4 %).

Crédits photos : © Pixabay / Public domain

Partager cet article