La Cnil allemande fait plier Facebook sur les pseudos

Par , publié le
Web Facebook, le réseau social
Facebook, le réseau social

La Hamburg Data Protection Authority, l'autorité de surveillance allemande, a obtenu gain de cause contre Facebook qui veut interdire les pseudos sur sa plateforme.

Vous ne le savez peut-être pas, mais l’utilisation de pseudo sur Facebook est prohibée dans les conditions d’utilisation du service (autrement appelés "standards de la communauté"). Lorsque l’on s’inscrit sur la plateforme, on accepte de fait de devoir  "utiliser son vrai nom et sa véritable identité".

Si Facebook évoque le motif de la protection de la vie privée, le gendarme financier allemand pense de son côté tout le contraire et estime justement que les pseudo sont à la base de ce respect de la confidentialité des données personnelles.

La CNIL Allemande demande l’autorisation des pseudo sur Facebook

La Hamburg Data Protection Authority (HDPA) se bat depuis plusieurs années pour faire plier Facebook et lui faire retirer l’interdiction des pseudo de ses conditions d’utilisation. L’autorité allemande a décidé de relancer le combat de manière plus virulente depuis qu’une utilisatrice de la plateforme a vu son compte Facebook bloqué, car elle utilisait un pseudo.

Selon Reuters, les équipes de Facebook lui auraient alors demandé une pièce d’identité avant de changer son nom d’utilisateur et rétablir son vrai nom sans lui demander son avis. Cette dernière a alors décidé de déposer une plainte auprès de la HDPA.

La HDPA obtient gain de cause

La HDPA et l’utilisatrice parviendront à faire plier Facebook, remportant alors un nouveau combat contre le réseau social qui est de plus en plus attaqué en Europe.Belgique, Allemagne ou encore France où Facebook a dû verser une amende de 150.000 euros suite à une plainte de la CNIL concernant la collecte de données des internautes et le manque d’informations légales claires pour la politique de confidentialité pour les utilisateurs du service.

Pour se défendre, Facebook invoque toujours le fait qu’il respecte le droit Irlandais, pays dans lequel son siège européen est installé et qui, par ailleurs, est l’un des seuls à ne pas avoir attaqué la plateforme dans cette affaire des pseudo.

Crédits photos : JaysonPhotography / Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus