Kinshasa : violences lors d'une nouvelle manifestation anti-Kabila

Par , publié le | modifié le
International Kinshasa
Kinshasa

Mardi, l'opposition au président Kabila a une nouvelle fois fait entendre sa voix à Kinshasa. Une mobilisation s'étant toutefois conclue par des violences à l'issue incertaine.

En janvier dernier, au sein de la République démocratique du Congo et notamment dans la ville de Kinshasa, de nombreux manifestants s'étaient opposés à la loi électorale. Au final, leur mobilisation aura été sévèrement réprimée par les autorités, et une quarantaine de morts d'avoir alors été déplorées (une dizaine selon la police).

Une drame qui a pu réfréner l'opposition au pouvoir en place pour de nouvelles manifestations, mais cette simili-pause s'est terminée mardi avec une nouvelle journée de mobilisation appelée par les principaux partis d'opposition congolais. Avec pour objectif de dénoncer, comme le rapporte Afrikarabia, un éventuel "glissement" du calendrier électoral et la possibilité de voir Joseph Kabila décrocher un troisième mandat de président.

Manifestations anti-Kabila à Kinshasa : "non à un troisième mandat"

Un appel qui aura été entendu par 2 à 3.000 personnes, à en croire les agences de presse internationales. Une opposition prête à dire "non à un troisième mandat de Kabila", en demandant à ce dernier d'"organiser les élections dans les délais constitutionnels". Et si, pendant la majeure partie de la manifestation, aucune violence n'aura été observée, c'est vers la fin du rassemblement, aux alentours de 15h00, que la situation s'est envenimée.

Des violences et un blessé grave possiblement mort

Il est quelque peu compliqué d'avoir une vision claire des faits étant donné que plusieurs versions s'entrechoquent. D'après les organisateurs de l'évènement, des jeunes armés de bâtons s'en seraient pris à la police, et des témoins de déclarer avoir pour leur part vu un attroupement se dessiner autour d'une personne battue par la foule. Une victime présumée appartenant au mouvement de jeunesse du PPRD, le parti au pouvoir. Les forces de sécurité seraient quant à elles intervenues après que cette personne ait été copieusement violentée. L'incertitude demeure également quant au sort de celle-ci. Une source a ainsi parlé d'un blessé grave tandis qu'une autre évoquait un mort.

Crédits photos : Pincasso / Shutterstock

Partager cet article

Pour en savoir plus