Kesha dévoile l’odieux chantage de Sony

Par , publié le
Musique La chanteuse américaine Kesha
La chanteuse américaine Kesha

Sur son compte instagram, Kesha a révélé les conditions pour libérer la chanteuse de son contrat avec Dr Luke, son producteur.

Kesha dévoile l’odieux chantage de Sony

Le bras de fer entre Kesha à Sony Music est loin d’être terminé. La chanteuse américaine qui avait dévoilé avoir été violée et manipulée par son producteur Dr Luke, a remis une couche concernant les dessous de ses obligations contractuelles. Sur son compte instagram, la chanteuse a ainsi écrit que Sony aurait proposé de la libérer de son contrat si elle présentait ses excuses et niait le viol :

"On m’a offert ma liberté contre un mensonge. Je devrais présenter mes excuses et dire que je n’ai jamais été violée. Voilà ce qui se passe en coulisses. Je ne mentirai pas. Je préférerais laisser la vérité ruiner ma carrière que de mentir pour un monstre". Sans nommer de nom, Kesha pointe cependant du doigt l’attitude de Kemosabe Records, le label de Dr Luke, propriété de Sony Music.

Kesha perd son procès contre Dr Luke

Malgré d’innombrables soutiens, Kesha s’est heurtée au refus de la justice américaine de ne pas annuler son contrat qui lie la chanteuse à Dr Luke. La juge avait dans son rapport, souligné le manque de preuves médicales concernant un supposé viol de Dr Luke sur Kesha, et la prise en compte de ce dernier sur l’investissement placé en elle, à hauteur de 60 millions de dollars.

Un appel au boycott contre Sony Music

De son côté, Dr Luke, le producteur américain a toujours nié avoir agressé sexuellement Kesha, et a engagé des poursuites judiciaires pour diffamation à l’encontre de la chanteuse. Il s’est par ailleurs engagé à ne pas s’impliquer dans les futurs enregistrements de l’artiste. Insuffisant pour les fans de la chanteuse qui ont publiquement appelé à boycotter Sony Music.

Partager cet article