Kepler a découvert 100 nouvelles exoplanètes

Par , publié le
Sciences
Vue d'artiste du télescope Kepler

Pourtant estropié, le télescope spatial Kepler poursuit ses découvertes, et a épinglé 100 nouvelles exoplanètes à son tableau de chasse.

Développé par la Nasa, le télescope spatial Kepler a été lancé en 2009. Son but ? Débusquer des exoplanètes, c'est-à-dire situées en-dehors de notre système solaire. En l'espace de quelques années, la précision des appareils qu'il embarque a déjà permis d'en dénicher des dizaines, mais la Nasa a annoncé la découverte d'une centaine d'autres de ces planètes ces mois derniers.

Kepler, pourtant handicapé depuis 2013

Avec son oeil d'à peine 1 mètre de diamètre, et sa grosse tonne de poids, le télescope peut paraître bien petit. Mais il est doté d'une acuité de l'ordre de 95 millions de pixels lui permettant de percevoir la lumière émise par une étoile, aussi faible soit-elle.

Et pourtant, en 2013, la Nasa annonçait que le vaisseau le soutenant était victime de la paralysie de l'une de ses trois roues à réaction, qui lui permettent de pointer dans la direction voulue. Instable (il faut le positionner à nouveau tous les trois mois environ), Kepler n'est pour autant pas vaincu, pour preuve l'annonce de ces dizaines de nouvelles exoplanètes découvertes.

Quelles sont ces nouvelles planètes ?

De multiples systèmes abritent certaines d'entre elles, qui gravitent autour d'étoiles plus puissantes que le soleil qui permet la vie sur Terre. Et ce n'est peut-être pas tout : Andrew Vanderburg, du Harvard-Smithsonian Center for Astrophysics indique que 234 autres exoplanètes attendent confirmation.
Quant à Tom Barclay pour la Nasa, il précise  : "Nous nous concentrons sur les étoiles qui sont plus brillantes, les étoiles qui sont plus proches, les étoiles qui sont plus aisées à comprendre et observer depuis la Terre. L’idée est de trouver les meilleurs systèmes, les systèmes les plus intéressants".

Quoi qu'il en soit, le télescope spatial sera bientôt épaulé par TESS, un nouvel appareil développé par la Nasa et le MIT. Son lancement est prévu pour l'année 2017.

Crédits photos : NASA Ames/JPL-Caltech/T Pyle

Partager cet article

Pour en savoir plus