Jungle de Calais : la partie nord bientôt démantelée

Par , publié le
France Des migrants discutent à l'extérieur de leurs tentes dans la Jungle de Calais, en France, le 30 mars 2016
Des migrants discutent à l'extérieur de leurs tentes dans la Jungle de Calais, en France, le 30 mars 2016

Natacha Bouchart, maire de Calais (Hauts-de-France), a déclaré que le démantèlement de la partie nord du camp de migrants allait bientôt avoir lieu.

La Jungle de Calais, ce bidonville où se sont rassemblés des milliers de migrants espérant rejoindre le Royaume-Uni où les conditions d’hygiènes et de sécurité sont extrêmement précaires, cristallise de nombreuses tensions dans la région.

Selon des déclarations de la maire de Calais, Natacha Bouchart, la partie nord du camp pourrait bientôt être démantelée.

Fin du démantèlement de la Jungle de Calais ?

C’est via un communiqué repris par Reuters et une série de tweets que l’élu Les Républicains a indiqué la nouvelle que n’attendaient plus les Calaisiens. La partie nord de la Jungle de Calais devrait être démantelée « très prochainement », quatre mois après la partie sud.

Si l’information n’a pas été officialisée pour le moment, la maire précise qu’elle tient cette information de l’entourage du ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve. Ce ne serait qu’une question d’organisation logistique pour lancer la procédure. La préfecture du Pas-de-Calais, qui n’avait pas commenté ces déclarations dans un premier temps, a finalement réagi à cette annonce en précisant simplement dans la soirée que l’État n’avait « pas changé d’avis sur le fait qu’un campement insalubre » n’était « pas un projet de vie ».

6000 migrants cherchent un passage vers l’Angleterre

Selon les derniers chiffres publiés par la préfecture et les associations, il y aurait entre 4500 et 6000 migrants installés dans le camp. La Jungle de Calais doit représenter la dernière étape d’un périple où tous espèrent pouvoir trouver un moyen de se rendre en Grande-Bretagne.

Un climat très tendu règne autour du campement notamment depuis le démantèlement de sa partie sud en mars dernier. Depuis, les habitants du campement se sont tous réunis dans la partie nord, surpeuplée et où les conditions de vie sont bien plus dures que dans l’ancien camp.

Crédits photos : © AFP/Archives PHILIPPE HUGUEN

Partager cet article

Pour en savoir plus