Jean-Marie Le Pen : le retour du "cadavre" exclu

Par , publié le | modifié le
Politique Jean-Marie Le Pen en 2014
Jean-Marie Le Pen en 2014

Un an après avoir été écarté du Front national dont il fut le premier président, Jean-Marie Le Pen donne de ses nouvelles en déclarant que "le cadavre se porte bien, merci".

Se considère-t-il affaibli ou bien faut-il référence à des propos qui auraient pu être tenus à son encontre ? Toujours est-il que des dires mêmes du principal intéressé, Jean-Marie Le Pen, 88 ans au compteur, est actuellement en bonne santé.

Dans des déclarations rapportées par Le Parisien, il affirme ainsi que "le cadavre se porte bien, merci". Et d'ajouter que l'on peut encore compter sur lui pour marquer le paysage politique français : "Je suis un homme politique toujours vivant, en pleine possession de ses moyens, je reste un animal combatif : chaque jour qui se lève est une aube d'Austerlitz."

FN : Jean-Marie Le Pen se dit "en pleine possession de ses moyens"

Concernant son exclusion du Front national (FN) survenue il y a un an, "une décision illégale, infondée et injuste", Jean-Marie Le Pen assure qu'elle ne concerne que son statut de président d'honneur et non d'adhérent. Le 5 octobre prochain, le tribunal de grande instance de Nanterre se penchera d'ailleurs sur le sujet.

Pour le premier président du FN, c'est sa fille Marine qui a tiré les ficelles de son exclusion du parti : "Elle voulait pas faire partie du peloton d'exécution. Elle commandait de loin au téléphone le peloton d'exécution, mais elle voulait pas en faire partie parce que ça fait vilain, c'est sale de tuer son papa. Alors elle n'a pas tué papa directement, mais elle l'a fait tuer par des sbires."

"Tué" par des "sbires" de sa fille Marine

Jean-Marie Le Pen poursuit en apparaissant confiant en sa réintégration future au sein du FN, sa "maison" : "C'est moi qui suis le Front national, je suis chez moi au Front national, alors je suis l'objet d'une expulsion théorique où je vais demander bien sûr compte à la justice qui je pense, une fois de plus, condamnera Marine Le Pen et la direction du Front national."

Crédits photos : © Phototélé / Guericolas / PUBLIC SENAT

Partager cet article

Pour en savoir plus