Jean-Marie Le Pen, nouvelle attaque contre le FN

Par , publié le | modifié le
Politique Jean-Marie Le Pen en 2014
Jean-Marie Le Pen en 2014

Le fondateur du parti d'extrême droite, dans une lettre ouverte adressée à sa fille, menace de créer un mouvement en-dehors du FN si celui-ci n'infléchit pas sa ligne.

Ecarté du parti en août de l'année dernière, Jean-Marie Le Pen n'en a pourtant toujours pas fini avec le FN, qu'il avait fondé en 1972. Mardi, il a adressé une lettre ouverte à "Mme Marine Le Pen, présidente du Front National".

Publiée sur son propre site internet, cette missive contient la claire et nette menace du patriarche d'agir "en-dehors" du parti si sa fille n'organise pas l'"unité de son mouvement et de la mouvance nationale".

Jean-Marie Le Pen, l'exclusion qui reste en travers de la gorge

"Me plaçant exclusivement sur le terrain politique, mais n’ayant plus de contacts, ni avec vous, ni avec les dirigeants du Front National, je vous adresse cette lettre ouverte pour vous faire connaître mon point de vue", précise l'homme de 87 ans dès la première ligne de sa lettre. Il évoque ensuite son exclusion, "un complot" mu selon lui par des "prétextes fallacieux" suite à ses propos tenus sur RMC et dans Rivarol.

N'en démordant pas, il va jusqu'à demander "la réunion" du Comité central du parti "avant les vacances de l’été 2016, avec à l’ordre du jour la question de [mon] exclusion".

La ligne politique du FN en question

Mais la stratégie du FN pour l'échéance 2017 tient aussi une grande place dans les préoccupations de Jean-Marie Le Pen. Selon lui, une victoire "sera une gageure, un de ces miracles qui ont permis au long de l’Histoire la pérennité de la France". Ne souhaitant pas qu'il "soit définitivement trop tard", il demande à ce qu'un changement dans la ligne politique du FN soit opéré.

"Des demandes pressantes me conduisent à organiser, si possible à l'intérieur, ou en parallèle avec le Front national, un rassemblement des volontés patriotiques fidèles à la ligne politique d'un changement décisif", prévient-il alors avant de menacer : "Si notre démarche n'aboutit pas, conscients des terribles dangers qui menacent notre patrie, nous ne baisserons pas les bras, et agirons alors et à regret en dehors du Front national". Ce n'est pas la première fois que celui qui est toujours président d'honneur, du moins en théorie si ce n'est en pratique, menace ainsi de constituer sa propre formation sans toutefois mener l'idée à son terme.

Mais cette nouvelle tentative pourrait cette fois ne pas s'en tenir à de simples mots couchés sur le papier. Reste à savoir comment réagira celle qu'il considère plus comme la présidente du FN, que comme sa fille.

Crédits photos : © Phototélé / Guericolas / PUBLIC SENAT

Partager cet article

Pour en savoir plus