Jean-Luc Mélenchon raille les écologistes "sectaires"

Par , publié le | modifié le
Politique jean-Luc Mélenchon.
jean-Luc Mélenchon.

Campagne pour les régionales, suite. Jean-Luc Mélenchon enjoint ses "amis de n’être dans aucune liste plutôt que de subir cette annexion". Selon le leader du front de gauche, les écologistes sont "sectaires".

Dans son édition du jour, Sud-Ouest publie une interview de Jean-Luc Mélenchon. Avec la verve qu'on lui connaît, le leader du Front de gauche y évoque les alliances éventuelles entre les écologistes d'EELV et le Front de Gauche dans certaines régions, mais la présentation de listes autonomes dans d'autres.

Jean-Luc Mélenchon : plutôt aucune liste qu'accepter l'"annexion"

"Ils ont choisi de faire des listes autonomes. Mais, dans six régions sur 13, ils s'unissent à nous. Ils disent une chose et en font une autre !", raille-t-il en parlant le parti dirigé par Emmanuelle Cosse. Ces rattachements locaux, ou pas, font dire à Jean-Luc Mélenchon que les écologistes adoptent une attitude "sectaire", puisqu'"Ils veulent partout avoir la tête de liste et compter le score pour EELV".

Mieux, il exhorte ses "amis de n’être dans aucune liste plutôt que de subir cette annexion. Enfin, je refuse les comportements qui aboutissent à expulser les communistes. L'opposition de gauche peut devenir majoritaire si elle additionne, pas si elle exclut".
Petite parenthèse, Mr Mélenchon a commenté à sa façon le retour de François Rebasmen à la mairie de Dijon. Selon lui, il s'agit là d'une "débandade" et voici son analyse : "Il sait qu’à Dijon, en tant que maire, il peut agir, alors qu’au gouvernement il ne peut rien".

Jean-Vincent Placé furieux contre les alliances avec le Front de gauche

EN face, chez EELV, il y en a un qui ne décolère pas, c'est le sénateur Jean-Vincent Placé. Et pour tout vous dire, il en a même "ras-le-bol" des alliances qui sont en train d'être conclues. "Tout ça va devenir ridicule et chacun va devoir choisir son camp, ajoute-t-il. Moi j’ai choisi le mien, je suis un fidèle soutien du président de la République", a-t-il confié au Monde. Si dans le Nord-Pas-de-Calais, région dans laquelle une telle alliance pourrait se tisser, les militants la validaient, Mr Placé en "tirerait toutes les conséquences", ce qui signifierait ni plus ni moins qu'un départ d'EELV.

Crédits photos : Camera Subjective / Planete / Phototélé.com

Partager cet article