Jaimalamaroute : Un site participatif pour signaler les routes dégradées

Par , publié le
Transports Les actions de la sécurité routière pour réduire le nombre de tués sur les routes de France
Les actions de la sécurité routière pour réduire le nombre de tués sur les routes de France

L’association 40 Millions d’Automobilistes vient de lancer le service Jaimalamaroute.com, une plateforme qui permet à chacun de signaler les routes en mauvais état.

Vous empruntez tous les jours une route en très mauvais état et tenez à le faire savoir aux autres automobilistes ? L’association 40 millions d’automobilistes a une application pour ça ! Ou plus précisément un site Internet participatif qui permettra aux automobilistes de signaler les routes dégradées.

Alerter sur l’état des routes

Un nid de poule ? Un raccord mal fait ? Un panneau tombé au sol ? Jaimalamaroute.com permet à tous les automobilistes d’indiquer les problèmes de voirie. La plateforme permet d’indiquer le lieu et la nature des problèmes (fissure, virage dangereux, absence  de glissière de sécurité, de panneau ou de marquage au sol, manque de  visibilité...) qu'ils constatent sur les routes de leur quotidien.

Cet outil participatif permettra d’effectuer des observations directement sur le terrain et ainsi, dresser une cartographie des routes les plus dégradées de France et ainsi, «interpeller les élus afin de les appeler à leurs responsabilités» selon Pierre Chasseray, directeur de 40 millions d’automobilistes à l’origine de cette initiative. La première carte des routes les plus dégradées de France devrait être dévoilée au premier trimestre 2016.

Corréler l’état des routes et le nombre d’accidents

Pierre Chasseray s’inquiète d’un «un désengagement des pouvoirs publics sur l'entretien et l'équipement des routes. C'est une tendance qu'il faut endiguer». 

Le but pour l’association est de mettre en lumière que la hausse de la mortalité routière n’est pas fortement de la responsabilité des automobilistes. «Il y a certainement des raisons de comportements, mais certaines études montrent que plus de 40% des accidents mettent aussi en cause les infrastructures, qui relèvent de la responsabilité des élus» souligne Pierre Chasseray.

La mortalité routière a augmenté de 3,5% en 2014 avec 3.384 personnes décédées, une première depuis douze ans. Une hausse qui a continué sur les 10 premiers mois de 2015 avec 2.874 morts, soit +2% par rapport à l’exercice précédent.

Crédits photos : Philip Lange/Shutterstock

Partager cet article

Pour en savoir plus