iTélé ouvrira son antenne le temps du débat de la primaire à droite

Par , publié le
Télévision
iTELE ouvre une "clause de conscience" pour que les journalistes qui ne souhaitent pas travailler avec Jean-Marc Morandini quittent la chaîne

Les salariés d'iTélé reprendront momentanément du service pour couvrir le second débat de la primaire de la droite demain par "respect du télespectateur".

Ce lundi 31 octobre 2016 marquait la 3e semaine de grève pour les salariés de la chaîne d’information iTélé. Motif de ce mouvement de contestation, le désaccord profond entre les employés de la chaîne et leur direction, notamment depuis l’arrivée controversée de Jean-Marc Morandini à l’antenne.

À l’occasion du second débat pour la primaire de la droite qui aura lieu demain, la chaîne a décidé de rouvrir l’antenne de 18h30 à minuit pour couvrir l’évènement.

« Le respect du téléspectateur »

C’est dans un communiqué relayé par l’AFP que Milan Poyet, porte-parole des grévistes, a annoncé la nouvelle. Les salariés ont accepté de reprendre l’antenne pour le débat de la primaire de la droite « par respect pour les téléspectateurs, car c’est un moment important de la vie démocratique », et ce, même si la grève est reconduite lors du vote de demain midi.

Si la chaîne va reprendre du service de 18 h 30 à minuit, les grévistes tiennent à préciser qu’il ne s’agit pas d’un arrêt de la grève. « Ce n’est pas une suspension de la grève, un message concernant le mouvement sera diffusé à l’antenne » a affirmé Milan Poyet. Rappelons que la chaîne iTélé est co-organisatrice du débat avec BFMTV, RMC et Dailymotion.

18e jour de grève

Ce matin, les salariés de la chaîne d’information ont voté la reconduction de la grève pour le 18e jour consécutif par 78 % des voix (92 favorables, 6 contre, 20 votes blancs).

En plus du départ de Jean-Marc Morandini, mis en examen pour « corruption de mineur aggravée", les salariés de la chaîne qui fait partie du groupe Canal + demandent une charte éthique, un projet d’avenir plus précis et plus de moyens.

Crédits photos : © AFP/Archives LIONEL BONAVENTURE

Partager cet article