Istanbul : 23 décès liés à de l'alcool frelaté

Par , publié le
International
Raki, eau-de-vie aromatisée à l'anis

Depuis la semaine dernière, 23 personnes sont décédées à Istanbul après avoir consommé de l'alcool frelaté.

Dimanche, les chaînes d'information turques ont déclaré que 23 personnes avaient péri à Istanbul après avoir bu du raki coupé avec de l'alcool méthylique. 15 autres personnes se trouvent toujours à l’hôpital.

Alcool frelaté, 23 morts à Istanbul

Depuis le 18 octobre, ce sont 89 buveurs de raki, cette eau-de-vie aromatisée à l'anis très appréciée au Moyen-Orient, qui ont été hospitalisés à Istanbul. La boisson avait été coupée avec de l'alcool méthylique, une substance mortelle généralement utilisée comme solvant ou comme antigel. Le bilan depuis le 18 octobre ne cesse de s'alourdir et vient de passer dimanche à 23 morts. 15 autres personnes se trouvent toujours hospitalisées dans un état grave au sein des services de soins intensifs de différents hôpitaux de la ville.

Depuis le début cette affaire, la police stambouliote a arrêté une vingtaine de personnes, toutes soupçonnées d'avoir fabriqué cette boisson mortelle. 14 d'entre elles ont déjà été écrouées. Devant les juges, Hikmet B., un des suspects poursuivi pour "homicide involontaire" a déclaré avoir été "trompé" par ses fournisseurs : "J’avais déjà fabriqué du raki dans le passé. Je ne suis pas aussi bête. Ce sont eux (les fournisseurs) qui sont responsables de ces décès".

Déjà 22 morts en 2005

Ce n'est pas la première fois que la Turquie est confrontée à ce type d'affaire. En 2005, 22 personnes sont également décédées après avoir consommé de l'alcool frelaté. Et en 2009, ce sont 11 personnes dont 3 étudiants allemands qui ont péri en consommant ce breuvage mortel. Depuis quelques années le gouvernement islamo-conservateur a ordonné l'augmentation des taxes sur l'alcool et le tabac, ce qui a engendré une augmentation de la contrebande et de la production illicite et a mis en péril la vie de nombreux consommateurs de raki.

Partager cet article

Pour en savoir plus