Israël autorise les forces de l'ordre à abattre les lanceurs de pierres

Par , publié le
International Un Palestinien au sol après des avec les forces de l'ordre israliennes le 14 septembre 2015 sur l'esplanade des Mosquées à Jérusalem
Un Palestinien au sol après des avec les forces de l'ordre israliennes le 14 septembre 2015 sur l'esplanade des Mosquées à Jérusalem

Décidé à lutter contre les caillassages de ses soldats et policiers, le cabinet de sécurité israélien a autorisé hier les forces de l'ordre à abattre les lanceurs de pierres.

Jusqu'à présent, les forces de l'ordre étaient autorisées à tirer à balle réelle contre les lanceurs de pierres uniquement lorsque la vie d'un policier était menacée. Depuis hier, cette autorisation s'est étendue à une définition beaucoup plus large : "quand une tierce personne a sa vie menacée".

Israël déclare la guerre aux lanceurs de pierres

La semaine passée, Benjamin Netanyahu, le Premier ministre israélien avait déclaré après la mort d'un israélien qui s'était tué en perdant le contrôle de son véhicule suite à un jet de pierre : "nous déclarons la guerre aux lanceurs de pierres et d'engins incendiaires". Une déclaration suivie d'actes car hier, le cabinet de sécurité israélien a autorisé les forces de l'ordre à abattre des lanceurs de pierres si la vie d'une personne était menacée. Une définition particulièrement floue qui risque d'alimenter encore plus le cycle de violences entre palestiniens et israéliens.

L'autorisation donnée par le cabinet de sécurité israélien s'accompagne aussi de peines beaucoup plus sévères contre toute personne lançant une pierre qu'elle soit mineure ou majeure.

Une décision vivement contestée par des organisations de protection des droits de l'homme qui parlent d'une décision "immorale et illégale". Dénonçant le recours systématique à la force, les organisations regrettent qu'Israël ne s'en prenne pas aux racines du problème entre palestiniens et israéliens.

Des violences qui perdurent depuis des mois

Une décision qui semble être une provocation de la part des israéliens en pleine fête musulmane de l'Aïd al-Adha. En Cisjordanie, des affrontements entre palestiniens et forces de l'ordre israéliennes continuent de secouer le territoire. Jérusalem est toujours sous tension malgré un calme apparent.

L'esplanade des mosquées, un des lieux saints de l'islam avait la semaine passée été le théâtre de violents affrontements durant trois jours. Hier, un palestinien a perdu la vie, en succombant à ses blessures lors des affrontements à l'est de Naplouse qui avaient comptabilisé 51 palestiniens blessés dont plusieurs par balles.

Crédits photos : © AFP AHMAD GHARABLI

Partager cet article