Israël : arrestations de suspects dans l'affaire du bébé palestinien brûlé

Par , publié le
International
Une maison palestinienne, cible d'un incendie criminel attribué à des colons israéliens et ayant causé la mort d'un bébé, dans le village de Doma en Cisjordanie, le 31 juillet 2015

Les autorités israéliennes ont annoncé avoir identifié et arrêté des suspects dans l'affaire de l'incendie qui avait couté la vie à un bébé palestinien et horrifié le monde.

Le 31 juillet à Douma en Cisjordanie, des individus, vraisemblablement des extrémistes juifs, incendiaient une maison palestinienne brûlant vif un bébé et causant la mort quelques jours plus tard de son père puis de sa mère. Seul un enfant de 4 ans a survécu à l'incendie mais reste grièvement brûlé. Un acte odieux qui avait ému la planète. Les autorités d'Israël ont annoncé aujourd'hui avoir identifié et arrêté des suspects.

Des suspects détenus mais pas encore inculpés

Plus d'un mois après les faits, Moshé Yaalon, le ministre de la défense israélien a déclaré : "les auteurs de l'attentat de Douma sont connus des services de sécurité israéliens et certains sont sous les verrous" avant d'ajouter : "nous n'avons pas déposé d'actes d'inculpation pour le moment pour ne pas dévoiler nos sources mais nous poursuivons nos efforts pour les traduire en justice". Toujours selon le ministre, les enquêteurs ont interpellé des suspects "appartenant à un groupe très extrémiste... Les mesures prises jusqu'à présent, notamment les détentions administratives, visent à prévenir un nouvel attentat". Moshé Yaalon s'est cependant refusé à révéler les noms des suspects.

Les suspects placés en détention administrative

En Israël, la détention administrative est un régime extrajudiciaire particulièrement controversé. Il permet effectivement de détenir sans limite de durée une personne et sans l'inculper. Ironie du sort, ce traitement est généralement réservé aux palestiniens.

Mise sous pression par l'opinion internationale, les autorités israéliennes avaient aussi assigné à résidence dix autres personnes appartenant à des groupes extrémistes juifs. Benjamin Nétanyahou, le Premier ministre israélien n'avait pas hésité à l'époque des faits à parler d'un acte terroriste de la part de juifs israéliens et avait promis que tout serait fait pour arrêter les auteurs de cet acte abominable.

Crédits photos : © AFP JAAFAR ASHTIYEH

Partager cet article

Pour en savoir plus