Islande : lundi à 14h38, les femmes ont arrêté de travailler

Par , publié le
International Photo d'illustration. Une femme au travail.
Photo d'illustration. Une femme au travail.

Lundi à très exactement 14h38, plusieurs milliers d'islandaises ont arrêté de travailler pour dénoncer les inégalité salariales demeurant entre les hommes et ls femmes.

Lundi, après que des syndicats et des organisations féministes se sont positionnés en faveur d'une telle action, plusieurs milliers de femmes ont arrêté de travailler en Islande à une heure bien précise : 14h38. Car c'est à partir de cet horaire que les femmes ne sont plus payées.

Un constat révélé dans les toutes récentes données de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), qui nous apprennent non seulement que les femmes sont payées jusqu'à 14h38 et les hommes, jusqu'à 17h00, mais aussi qu'au final, la rémunération des premières par rapport aux seconds est moindre de 14%. Précisons que les calculs se sont appuyés sur une journée de travail de huit heures.

Inégalités salariales : dénoncées par des milliers d'Islandaises

Nos confrères de Libération ajoutent que même le choix de la date n'est pas anodin. C'est en effet le 24 octobre 1975 que 90% des Islandaises ont quitté leur poste et sont parties pour la capitale Reykjavik afin d'y plaider la cause du "Kvennafrídagurinn" (en français "le jour de repos des femmes").

Un mouvement qui aura ensuite été de nouveau observé en 2005 puis en 2008. Avec, à chaque fois, des horaires de grève quelque peu différents (14h08 en 2005 et 14h25 trois ans plus tard) et qui traduisent un écart moins important entre les salaires perçus par le hommes et les femmes.

30 minutes gagnées par les femmes en 11 ans

Entre 2005 et 2016, soient onze ans, les femmes d'Islande ont gagné trente minutes de salaire. Et il s'avère, sur la base des données de l'OCDE datant de 2010, que la France se situe au même niveau que l'Islande sur l'heure de la journée à laquelle les travailleuses ne sont plus payées, soit 14h38.

Quant aux extrêmes, ils se situent du côté de la Corée et de l'Espagne. Dan le premier cas, les femmes y travaillent gratuitement à partir de 10h48, et dans le second, le salaire ne comprend que les tâches effectuées jusqu'à 15h59.

Crédits photos : Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus