Un conseil théologique au CFCM pour déconstruire les discours extrémistes

Par , publié le
France Le ministre de l'Interérieur Bernard Cazeneuve et le président du CFCM Anouar Kbibech lors d'une conférence de presse à Paris, le 24 novembre 2015
Le ministre de l'Interérieur Bernard Cazeneuve et le président du CFCM Anouar Kbibech lors d'une conférence de presse à Paris, le 24 novembre 2015

Le Conseil Français du Culte Musulman (CFCM) a créé un conseil théologique afin de "contextualiser" la pratique de cette religion et lutter contre les discours fondamentalistes.

Dimanche soir, le Conseil Français du Culte Musulman a créé un conseil théologique regroupant les principaux courants de l'islam et qui devrait se prononcer sur des questions spécifiques. La création d'un tel organe était attendue et réclamée depuis longtemps par les musulmans de France mais déjà des voix s'élèvent pour critiquer le conseil mis en place.

Un conseil théologique au sein du CFCM

Le conseil théologique créé dimanche par le Conseil Français du Culte Musulman devrait se réunir au moins à deux reprises dans l'année en plus des sessions extraordinaires organisées en cas de saisine. 22 membres constitueront ce conseil théologique qui devrait apporter des réponses claires sur différentes questions que se posent les musulmans en France.

Le conseil théologique sera constitué de personnes issues des différents courants de l'islam que le CFCM reconnait, à l'exception notable du Salafisme jugé trop radical. Il devra donner des réponses claires sur la pratique de la religion, les questions de société mais aussi prévenir la montée de l'islamisme radical. Le conseil théologique devrait apporter des réponses précises et décider d'un "contre-discours basé sur un argumentaire théologique solide, en réponse aux discours véhiculés par certains et qui circulent sur les réseaux sociaux, notamment auprès des jeunes".

A peine né et déjà critiqué

Alors que la création du conseil théologique vient tout juste d'être dévoilée, déjà des voix s'élèvent pour critiquer l'organe mis en place au sein du CFCM. De nombreux détracteurs pointent du doigt la trop large coalition des courants au sein du conseil qui, selon ses détracteurs, est voué à l'immobilisme.

Ces même détracteurs, comme Malek Chebel, un anthropologue des religions, se désolent que le conseil théologique soit constitué de "militants associatifs qui s'occupent du culte musulman, pas de grands noms de la théologie. Je crains que ça devienne une sorte d'Auberge espagnole paralysée par la diversité des opinions, incapable de publier des décisions claires". Malek Chebel insiste en ajoutant que : "Actuellement, les musulmans de France écoutent les avis de Rabat, Alger, le Caire ou Jeddah (Arabie saoudite, NDLR), ce qui fait que leurs positions sur le voile ou le halal leurs viennent de l'étranger. Mais si le CFCM ne peut pas leur opposer de théologien crédible, notamment pour déconstruire les discours fondamentalistes, l'initiative n'aura aucun intérêt".

Crédits photos : © AFP ALAIN JOCARD

Partager cet article

Pour en savoir plus