Irak : Internet coupé dans tout le pays pour contrer la triche lors des examens

Par , publié le
Web Illustration. Les accessoires d'un écolier.
Illustration. Les accessoires d'un écolier.

Le gouvernement irakien a appliqué une décision pour le moins radicale pour lutter contre la triche. Entre le 14 et le 16 mai derniers, l'Internet a été coupé dans tout le pays.

C'est pourtant simple de lutter contre la triche aux examens : pendant 3 jours consécutifs, les autorités irakiennes ont purement et simplement appuyé sur le bouton ARRÊT de l'Internet dans tout le pays.

Irak : 3 coupures de 3 heures pendant 3 jours pour contrer les fraudeurs

Ainsi, comme l'indique Ouest-France, "le Dyn Research, organisme qui surveille la censure gouvernementale d'Internet, a constaté trois coupures de trois heures sur trois jours consécutifs depuis le 14 mai". Cette forme de censure n'aurait rien de politique puisqu'elle ne viserait qu'à éviter la triche aux examens, et plus spécifiquement le marché noir en ligne. En effet, certains étudiants demanderaient les questions à l'avance aux examinateurs, contre une somme d'argent. Ce qui expliquerait les heures plutôt matinales pendant lesquelles les coupures ont eu lieu.

Le trafic s'opérerait particulièrement sur les réseaux tels Facebook, ou via les applications de messagerie instantanée comme Viber et WhatsApp.

Un précédent en Ouzbékistan en 2014

Access Now, une organisation de défense des droits liés à l'usage du numérique, a adressé une lettre ouverte au gouvernement. Elle l'enjoint d'"explorer des méthodes alternatives pour contrôler les examens qui n’affectent pas le droit de tous les Irakiens à chercher, recevoir et transmettre de l’information", peut-on lire dans l'article de Vincent Glad pour Libération.

Et le journaliste de rappeler que l'Ouzbékistan avait aussi pris une telle mesure, dans le même but, en 2014. Seul l'Internet mobile était touché, pour éviter les recherches sur Internet pendant les examens cette fois.

Crédits photos : Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus