En Irak, Daesh détiendrait près de 3.500 esclaves

Par , publié le | modifié le
International Un camp de réfugiés en Irak
Un camp de réfugiés en Irak

L'ONU rapporte que l'Etat Islamique détiendrait près de 3500 esclaves en Irak. Principalement des femmes et des enfants.

C’est un chiffre qui fait froid dans le dos, et démontre que l’Etat Islamique fait de l’esclavage un véritable commerce. Selon un rapport de l’ONU, le groupe terroriste détiendrait 3500 personnes, essentiellement des femmes et des enfants. Ces personnes seraient pour la plupart, mis en esclavage après que le groupe ait pris le contrôle de certaines villes en Irak, ou en Syrie.

"L'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL, aussi appelé EI) continue de commettre des violences ainsi que des atteintes aux droits de l'homme et au droit humanitaire, de façon systématique et massive. Ces actes pourraient, dans certains cas, équivaloir à des crimes de guerre, des crimes contre l'humanité, et peut-être à un génocide" peut-on lire dans le rapport de l’ONU.

La communauté Yézidie principalement concernée

"Ceux qui sont ainsi détenus sont essentiellement des femmes et des enfants, issus en premier lieu de la communauté des Yézidis, mais aussi d'autres minorités ethniques et religieuses" précise le rapport. Sans surprises, c’est la communauté Yézidie très répandue dans cette région qui paie les frais de la cruauté de Daesh. Les djihadistes considérant que leur religion, le yézidisme, est de l’idolâtrie, voient les yézidis comme « irrécupérables ». Les hommes yézidis sont donc tués, tandis que les femmes et les enfants sont mis en esclavage pour ensuite être revendus à d’autres djihadistes.

Une esclave peut être vendue pour quelques dollars

L’an dernier, plusieurs rapports détaillaient la grille des tarifs des esclaves. Des femmes et des enfants peuvent être revendus pour une poignée de dinars. Les tarifs augmentent selon des critères comme la beauté ou l’âge. Selon le statut du djihadiste, les esclaves peuvent aussi être donnés en guise de cadeau. Dans son livre paru l'année dernière, Jinan Badel, enlevée par l'Etat Islamique, expliquait qu'elle avait été vendue pour 10 000 dinars irakiens, soit l'équivalent de 8 dollars.

Crédits photos : Owen_Holdaway / Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus