Interpol bloque un millier de sites proposant des produits contrefaits

Par , publié le
International interpol

Dans une opération baptisé "in our sites", Interpol a annoncé le blocage de près d'un millier de sites proposant de la contrefaçon.

Interpol vient de mettre un gros coup sur la contrefaçon. Près d’un millier de sites spécialisés dans l’e-commerce ont été bloqué par la police internationale. Ces sites ont été bloqués parce qu’ils sont soupçonnés de proposer l’achat de produits contrefaits ou piratés.

"Les consommateurs du monde entier utilisent internet pour acheter des biens de la vie de tous les jours et les criminels en profitent pour vendre des produits illégaux et potentiellement dangereux" déclare Roraima Andriani, directrice de la branche « crime organisé » chez Interpol, qui précise que cette opération a pu être menée à bien grâce à la coopération des services américains et européens.

Les sites bloqués proposaient des contrefaçons de marques de luxe

Dans cette opération baptisée « in our sites », les sites bloqués proposaient des produits dits de haut de gamme, comme des vêtements, des chaussures ou encore des produits plus luxueux, comme de la parfumerie ou encore des sacs, tous contrefaits. Concrètement, Interpol s’est contenté de supprimer les noms de domaine des sites concernés. Il n’est pas impossible que ces sites reviennent dans quelques jours sous un autre nom.

"Ils proposaient entre autre des articles de luxe contrefaits tels que des vêtement et des chaussures de sport ou utilisaient de façon illicite le nom de marques connues pour attirer les visiteurs. Certains étaient quasiment une copie conforme des sites originaux et étaient difficiles à distinguer des sites web authentique" déclare Interpol.

20 pays européens concernés

En Europe, près de vingt pays ont participé à cette opération. On y retrouve des pays comme le Danemark, la France, la Grèce, le Portugal, la Roumanie, l'Espagne, le Royaume-Uni, la Bulgarie, la Colombie, la Croatie ou encore la Belgique, qui est d’ailleurs hautement concernée avec près de 411 sites web bloqués qui se terminaient par .be.

Partager cet article