Infarctus féminin : les symptômes trop souvent méconnus

Par , publié le
Santé Photo d'illustration. Une femme atteinte d'une douleur cardiaque.
Photo d'illustration. Une femme atteinte d'une douleur cardiaque.

La Fédération française de cardiologie lance une nouvelle campagne visant à alerter la population féminine des symptômes de l'infarctus du myocarde.

L'infarctus du myocarde est souvent présenté ou évoqué avec des symptômes masculins, comme la douleur dans la poitrine puis dans le bras gauche par exemple.

Mais chez les femmes, ce sont aussi d'autres signes qu'il convient de surveiller, et ils sont souvent méconnus.

Trois signes d'alerte de l'infarctus féminin

La Fédération française de cardiologie (FFC) a lancé à cet effet une nouvelle campagne de prévention. Certes, les femmes peuvent connaître le symptôme d'oppression dans la poitrine, mais il est moins fréquent que chez l'homme. Ainsi, la FFC indique qu'elles "doivent s'alerter face à trois signes atypiques: la sensation d'épuisement, l'essoufflement à l'effort et les nausées". A noter que l'essoufflement peut même survenir au repos.

La présidente de l'organisme, le Pr Claire Mounier-Vehier, précise que "Ces symptômes atypiques contribuent à une prise en charge trop tardive des femmes lors d'un infarctus".

Un moins bon dépistage

Et la présidente de la FFC d'ajouter que "la plupart du temps, elles négligent ces manifestations, les associant à tort au stress, à la fatigue ou même à des problèmes digestifs". Les symptômes doivent être connus car "depuis que les femmes ont adopté le même style de vie que les hommes, elles sont concernées de plus en plus jeunes. Chez les femmes de moins de 50 ans, les infarctus ont triplé ces 15 dernières années", ajoute la spécialiste.

Cette méconnaissance conduit à une décision de consulter bien trop tardive. D'où un retard dans la prise en charge thérapeutique. Le Pr. Claire Mounier-Vehier insiste : "C’est une véritable perte de chance, car les femmes se remettent plus difficilement. Leurs artères sont plus difficiles à revasculariser, plus fines et plus fragiles que celles des hommes...".

Crédits photos : Shutterstock.com

Partager cet article