Impôts : les salariés français désormais les plus taxés d’Europe

Par , publié le
Économie Illustration. Une fiche de paie.
Illustration. Une fiche de paie.

En Europe, les salariés français sont désormais les plus taxés selon une étude de l'Institut Molinari dévoilée ce mardi.

Si vous êtes salarié, à partir du 29 juillet, vous ne travaillerez enfin que pour vous ! Selon l'étude sur le jour de «libération fiscale et sociale» de l'Institut Molinari, réalisée avec EY et que Le Figaro dévoile en exclusivité, les français sont les salariés les plus taxés d'Europe, détrônant les salariés belges.

Libérés des taxes le 29 juillet

Dans le détail, le taux d'imposition est de 44,96% en moyenne en Europe en 2016, contre 45,19% l'an dernier. En France, le taux d'imposition des salariés se situe à 57,53%. La France passe cette année devant la Belgique au rang des pays qui taxe le plus ses salariés.

Pour vous faire une idée plus précise, un salarié français doit, comme l'an dernier, travailler jusqu'au 29 juillet pour être libérés de toute charge sociale et fiscale et récolter le fruit de son travail. Une date fixée au 27 juillet en Belgique et au 19 juillet en Autriche. En Hongrie, Allemagne, Grèce et Italie, cette date se situe entre les 2 et 17 juillet cette année.

Un service publique à la peine

Selon l'institut Molinari, "Il semble que le haut niveau de dépense collective français ne soit pas associé à un supplément de bien-être permettant de justifier le différentiel de taxation". Pour faire simple, les services publiques français ne sont pas forcément à la hauteur de la taxation.

Selon l'étude, les Nations unies classent la France en 22e position sur 188 pays dans le dernier Indice de développement humain (IDH), un niveau qui n'est pas à la hauteur de ses dépenses publiques. L'institut conclut que "le poids des charges conduit les chefs d'entreprises à limiter les embauches comme les augmentaions de salaires. Cette réalité s'impose à tous, du particulier employeur à la grande entreprise en passant par les PME et les ETI. Elle explique la persistance d'un chômage élevé et la faiblesse de la croissance française".

Crédits photos : Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus