Hygiène intime : Le cancer des ovaires favorisé par des douches vaginales trop fréquentes

Par , publié le
Santé Femme nue
Femme nue

Selon une étude scientifique parue dans la revue Epidemiology, le cancer de l’ovaire serait favorisé par une hygiène intime trop prononcée.

Trop d’hygiène peut parfois avoir des conséquences néfastes sur la santé. Selon une étude menée par les chercheurs du National Institute of Environmental Health Science aux États-Unis) et parue dans la revue Epidemiology, les femmes qui se lavent le vagin avec de l’eau et des produits spécifiques augment le risque de développer un cancer de l’ovaire.

Douche vaginale : une fausse bonne idée

Pour les besoins de leur recherche, les scientifiques ont analysé les données de santé de 41 654 femmes, âgées de 35 à 74 ans en regardant de près leurs habitudes concernant l’utilisation de produits d’hygiène intime et leur fréquence d’utilisation.

Après un suivi de 6 ans et en corrélant d’autres facteurs comme la prise de contraceptif, le poids ou la ménopause, il ressort que 154 participantes ont développé un cancer de l’ovaire. Les scientifiques sont d’accord pour dire que la douche vaginale était un facteur de risque pour le développement de la maladie.

Les bonnes pratiques pour éviter les risques

Les femmes qui ont régulièrement recours aux douches vaginales sont également beaucoup plus sujettes aux irritations et aux infections. Les scientifiques précisent que ces pathologies sont directement liées au dérèglement de la flore vaginale dû à des lavages trop fréquents.

Pour limiter les risques, les chercheurs ont tenu à rappeler les bonnes pratiques en matière d’hygiène intime. Il est nécessaire de se laver superficiellement, de ne pas utiliser de savon antibactérien ni de gant de toilette pour éviter de détruire la flore vaginale. Les scientifiques rappelant que le vagin assure lui-même sa propre hygiène grâce aux sécrétions naturelles.

Crédits photos : BlueSkyImage/shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus